Le journal malgré lui de Henry K. Larsen

Morgane Vasta - 12.08.2013

Livre - adolescence - Susin Nielsen - journal intime


Henry vient d'emménager à Vancouver avec son père. Petit roux, un peu rond, il écrit jour après jour sa vie cahin-caha d'adolescent « en marge » dans le journal que son psy lui a confié.

On y découvre comment il rencontre son nouvel ami Farley et commence un trafic de canettes, comment il intègre le club ringard « que le meilleur gagne »* de son collège, comment il y croise le regard de la « trop malpoli et jolie » Alberta. Il y décrit aussi ses nouveaux voisins qu'il surnomme les« vautours » et ses soirées pizzas-catch avec son père.


Doucement, la langue de Henry se délie et deux personnages font leurs apparitions : sa maman, restée à Port Salish et son frère Jesse au centre névralgique de l'intrigue et du drame qui a fait basculer sa famille.

Le troisième roman de Susin Nielsen paru chez Helium ne manque pas de références. On y croise d'ailleurs le personnage central de « Moi, Ambrose, roi du scrabble » en digne membre du club « que le meilleur gagne » !

 

Le journal malgré lui de Henry K. Larsen fait partie de ces petits livres qui nous font passer des larmes au rire naturellement. Les histoires de vies s'imbriquent entre passé et présent et les différents protagonistes sont loin d'être « creux » : comme des oignons à plusieurs couches, chacun dévoile avec pudeur ce qu'il cache derrière les apparences et les préjugés.

 

Au grand jamais l'auteur n'utilise un ton moralisateur. Susin Nielsen est une femme au phrasé juste, en phase avec les jeunes : ses histoires douces-amères touchent et réconcilient avec la vie ceux qu'elle a parfois heurtés. Son livre a reçu plusieurs prix lors de sa sortie en anglais (notamment celui du Conseil des arts du Canada : le « Prix du Gouverneur Général ») ; nous lui prédisons une belle réussite francophone !