medias

Le monstre et l'amour : de la haine à la colère de vie

Clémence Holstein - 30.08.2018

Livre - Vincent Villeminot colère - Villeminot Escales Rentree - Les Escales RL 2018


ROMAN FRANCOPHONE - Un roman qui n'en est pas vraiment un : une poésie, un récit mythologique, une grande allégorie qui touche nos entrailles les plus enfouies. Fais de moi la colère, dernier roman de Vincent Villeminot, après de nombreux titres en jeunesse et Young Adult, a de manière déconcertante l'allure d’œuvre accomplie. A lire et relire.

 


Vincent Villeminot est libre. Il démusèle l'écriture, il désencage les bêtes féroces qui nous habitent, il libère le plus indicible de nous. Il libère le monstre. La poésie du monstre, à chaque ligne, à chaque pas dans cet univers si particulier qu'il construit peu à peu, sous nos yeux. Le monde d'Ismaëlle, puis d'Ismaëlle et Ezechiel, se bâtit peu à peu, à partir d'une béance, du trou noir des origines. A travers une rencontre interdite et une épreuve herculéenne, les deux jeunes gens juste sortis de l'enfance se confrontent à l'autre, à la fascination qu'il exerce et à leurs peurs les plus intestines.

 

Fais de moi la colère est bien plus qu'un roman. C'est un récit profondément poétique, mais aussi allégorique et mythologique. Un style épuré, bref, mais chaque mot est une image aux multiples facettes. Les sens se démultiplient. Les strates du réel, plurielles, infinies dans quelques mots qui s'entrechoquent et résonnent entre elles. Cependant la réalité facile, entendons l'accessible immédiat, a peu de place. Il faut en faire son deuil et se laisser porter par les couches moins visibles ( plus dangereuses ? ) de l'existence et de l'écriture qui en est la voix sublimante. La fantasmatique collective est partout, la mythologie prend sa place, l'allégorie biblique ne manque pas à l'appel. Un récit de l'humanité.
 

La mort scande son refrain comme une toile de fond inéluctable. Jusqu'à sembler familière et ne plus faire peur. Jusqu'à bercer. Jusqu'à faire sourire peut-être, non de joie mais de tendresse. Plus brutale la voracité, la dévoration qui nous tuent et qui détruisent toute vie sur leur passage, celles même de l'enfant dans le ventre de sa mère ouvrent leur gueule à chaque page. L'auteur brandit les entrailles déchirées et les dents de la mer sans complaisance aucune. Peut-être même avec provocation. Toi lecteur, jusqu'où peux-tu entendre la vérité des tiens et la tienne propre ? Jusqu'où es-tu capable de tenir les yeux ouverts ?

 

Cette cruauté intrinsèque n'empêche et même au contraire nous dirions, permet la poésie du monstre. Une poésie sensuelle, charnelle, holistique. Qui fait penser à une poésie baudelairienne. Difficile de ne la chasser de son esprit par moments tant les deux se font écho.


Les corps sont nus, radiographiés, sentis de l'intérieur. Ils sont ceux que nous vivons et non ceux que nous regardons, comme il est coutume dans notre vie actuelle. La nature, son eau, sa terre, son ciel, ses bases, ses fondements, ses limites colorent et odorent la lecture. Hallucinations ? On pourrait parfois se croire fou... Les règnes se mêlent, nous sommes « des animaux humains » (p.252), Ezéchiel se sent chien, l'eau du lac est une peau et les avions des aigles tournoyants.

 

La colère est celle qui doit avec joie nous emplir plutôt que la convoitise et la voracité, l'appétit insatiable du désir humain. L'appétit insatiable de notre société consumériste évoquée dans ses lumières bleues d'écrans clignotants dans la nuit, étoiles modernes.

 

Qui sommes-nous ? Pouvons-nous le savoir ? Nous appartenons-nous, nous qui « plongeons comme un jouet dans la baignoire de Dieu » (p.217) ? Questions éternelles dans un récit d'une singularité flamboyante. Une lecture lente, à recommencer encore et encore, une écriture allégorique aux interprétations inépuisables.
 

Et cette formidable émotion esthétique, inévitable, bouleversante. Souvent inquiétante. « Inquiétante étrangeté ».

 

 

Vincent Villeminot – Fais de moi la colère – Editions Les Escales – 9782365693400 – 17,90€

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire




Commentaires

1er roman ?

La cinquantaine de titres en jeunesse/ado ne comptent pas donc...
Bonjour,



Je suis assez scandalisée de trouver sur un site tel qu'actualitté une erreur aussi grossière. Ce n'est pas du tout le premier roman de Vincent Villeminot... Renseignez-vous avant d'écrire des horreurs pareilles. Premier roman à destination d'un public adulte peut-être mais c'est tout. Il m'a transportée avec Réseau(x), un volume de la quadrilogie U4... Bref un auteur talentueux qui a déjà une belle bibliographie derrière lui.
Vous avez absolument raison, et nous sommes terriblement confus d'une pareille méprise.

Le propos était de parler de premier roman que l'on qualifierait maladroitement "adulte", en regard des ouvrages jeunesse / YA de l'auteur.

Nous avons apporté la précision, en espérant que cela soit plus proche de la réalité.

Merci de vos interventions.
Premier roman ? Vous voulez rire ! Cet auteur a déjà plusieurs romans à son actif ! Ah ! On me dit que la littérature pour la jeunesse compte pour du beurre ? Quel mépris ! Merci de revoir votre copie !
Oui, oui, oui, nous avons répondu à cela précédemment.

Il n'y a aucun mépris d'aucune sorte. Depuis maintenant 4 ans, nous sommes l'unique média à donner la parole régulièrement aux auteurs jeunesse dans le cadre de tribune, nous avons chroniqué plus d'une cinquantaine de titre jeunesse / YA depuis le début de l'année.
Pardon mais les tags comportent une faute sur le nom de l'auteur... Ce n'est pas Vuilleminot mais Villeminot... wink
Merci beaucoup à Clémence H pour cette très belle lecture (et même inspirante) de *Fais de moi…*

Et à ActuLitté (aussi) pour son travail régulier sur la litté jeunesse.



Nous qui en venons, ou qui l'aimons, nous sommes parfois susceptibles, et c'est bien normal – mais pas ici, s'il vous plait, où le mépris pour cette litté-là n'a jamais été de mise. wink

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.