Le Petit Bon Usage : Grévisse, so much à l'avant-garde

Christine Barros - 21.11.2018

Livre - Grevisse grammaire manuel - Le Petit Bon Usage - langue française De Boeck


LANGUE FRANÇAISE - Parce que lorsque le doute vous étreint à l’idée de bien accorder ce fichu participe passé dans la subordonnée relative, alors que le verbe est transitif certes mais visiblement attributif dans son usage, oui mais enfin tu vois bien que là, la conjonction de subordination, oui mais ton pronom personnel… Il faut que cela cesse. Alors que l’un est sur son smartphone, et l’autre sur son pad en train de vérifier, la sentence tombe, le silence se fait : Grévisse a parlé.

 

 

Que les fâcheux, les approximatifs et les ergoteurs se taisent à jamais : vous y trouverez la règle dûment énoncée, des définitions de notions, qui vous aideront à rédiger une lettre de réclamation aussi inoubliable qu’irréprochable à votre contrôleur des impôts pour lui assurer que vous n’avez pas la télévision. Et que votre langue en témoigne, assurément.

Dans la lignée des indispensables, entre Bled, Bescherelle, dictionnaires de poche ou pas, Le Petit Bon usage aura sa place de choix. Vraie bible de grammaire, segments clairement définis, chacun exposant les règles, les usages actuels dans la langue, illustrées par des citations d'auteurs dont les noms nous sont très familiers. Un format et poids qui le laissent très maniable et endurant (couverture cartonnée).
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Cédrick Fairon, Anne-Catherine Simon, d’après Maurice Grévisse - Le Petit Bon Usage de la langue française - De Boeck Plus tu liras, mieux tu écriras! me sermonnait ma maman, institutrice, mais qui n’a jamais il me semble ambitionné que sa fille devint écrivain à un quelconque moment de sa vie. Certes, j’ai suivi l’injonction à la lettre. Certes j’ai lu. Je continue d’ailleurs. Caressant peut-être l’ambition secrète de coucher un jour mes augustes pensées. " Allez vous coucher " me semble être en effet le meilleur ordre à donner à mes pensées. Et je serais fort interdite qu’il en fut autrement dans les années qui viennent. Bref. Or donc, je lis, mais cela n’empêche ni doute ni curiosité. Cultivant mon penchant dicopathe, je fais face aux regards navrés de mes amis, qui ne peuvent s’empêcher de considérer les tablettes qu’ils occupent comme de la place perdue à l’heure de l’ATLF. Et mon Bescherelle, sur mon bureau, me suit depuis le CE2. Le Petit Bon Usage va aller le rejoindre derechef. Moins imposant que son illustre aïeul / père / frère, cartonné pour passer l’usage du temps, pour couper court aux ergotages sur l‘accord du participe, ou les verbes défectifs. Pile : #revequejeteleprete #fuckingparticipepassé #lovesubjonctifimparfait #DeBoeck #grammaire #indispensable #languefrancaise #usage #grevisse #bible #instabook #bookstagram #instalivre #livrestagram #livreaddict #bookaddict #bookworm #picoftheday #nonjenaimepasquelesvieuxtrucs #cigittiti #libraireforever #barzingueteam @actualitte

Une publication partagée par Titi_Libraire (@titilibraire) le

 


 

Mais c’est surtout l’angle d’approche de l’illustration par l’exemple qui donne un vrai coup de peps à cette édition : s’inscrire dans une véritable modernité de la langue.

 

Vivante, en mouvement, le Petit Bon usage en donne les usages, qui se défient parfois des règles, ce qui il faut bien l’avouer, en ces temps d’écriture inclusive et de relectures trop rapides (ou trop confiantes dans le correcteur automatique), donne parfois quelques sueurs froides aux rédacteurs.

 

Et il est réjouissant de voir que la démarche s’illustre aussi dans les citations proposées pour illustrer règles et exceptions : Emmanuel Carrère, Virginie Despentes, Patrick Modiano, Bernard Werber, Catherine Cusset, Delphine de Vigan, Laurent Binet, Philippe Jaenada, Stromae ou Camus, des centaines d’auteurs (pas d’inquiétude, ô vous parents inquiets, les classiques sont là) sont convoqués pour incarner la langue française dans plus de 1800 citations.

 

Chacun illustre cette langue fabuleusement paradoxale, immensément codifiée, et ruant avec panache dans les brancards jusqu’à obtenir le statut d’exception qui confirme la règle.

Petit certes, mais qui n'a rien à envier à son illustre aïeul, donc. 

 

Public : à partir du lycée, jusqu’à plus d’âge.

 

Cédrick Fairon, Anne-Catherine Simon, d’après Maurice Grévisse - Le Petit Bon Usage de la langue française - De Boeck - 9782807316966 - 29 €




Commentaires
Les bons profs enseignent (aient ?)une grammaire et un accord de participe passé avec "avoir" et une proposition relative très compréhensibles pourvu que l'on veuille apprendre...Quid du "petit" Grévisse, j'ai le grand...Par contre, dans votre titre, comment oser immiscer de l'anglais, comme si le français n'était pas assez difficile à apprendre....Aïe, le serpent se mord la queue...

...Le mandarin qui méconnait conjugaisons et relatifs (entre autres)a tout simplifié avec, en pinying ,le "de". Mais c'est une autre histoire, il est vrai....
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.