Le système Victoria, Eric Reinhardt

Clément Solym - 13.09.2011

Livre - systeme - victoria - eric


Adulé par la critique lors de la rentrée littéraire 2007 avec Cendrillon, Eric Reinhardt revient pour son cinquième roman avec Le système Victoria, un conte de fée revisité à l’image de nos sociétés contemporaines.

David Kolski est un architecte réorienté dans la direction de travaux, il est marié et père de deux enfants. Parfois David rêve de sortir du réel sans savoir vraiment ce que veut dire cette expression. Un jour il se rend dans un centre commercial pour acheter un cadeau à l’une de ses filles pour son anniversaire et y fait une rencontre, sûrement celle qui bouleversera toute son existence.

Victoria de Winter est DRH d’une multinationale ; elle est mariée, mère de quatre enfants, et possède l’un de ces regards mystérieux qui vous clouent sur place. Victoria semble être celle qui rendra sa vie quelque peu irréelle. Une femme de pouvoir opposée à un homme soumis à diverses pressions. Ces dernières se précisent sur son projet de construction d’une tour à la Défense, destinée à devenir la plus imposante ; là où le pouvoir et la domination séparent, le sexe rapproche.

De fil en aiguille, ces deux quadragénaires vont parvenir à un tête-à-tête sulfureux et faire évoluer leur coup de foudre initial en une relation adultère. Sur des touches tantôt érotiques, tantôt sociales, l’auteur nous propose deux angles narratifs où se dessinent d’une part l’évolution du chantier de David et d’autre part, la destinée tragique de Victoria. Une construction efficace qui lui permet d’amener le lecteur à passer d’un sentiment d’angoisse à un sentiment de désir. Un regard critique et avisé sur notre société contemporaine.

La vision d’Eric Reinhardt sur le monde est assez pessimiste. Il assimile la figure féminine à un pouvoir d’ordre sexuel, et il est clair que son héroïne domine son univers personnel, en partie grâce à ses pulsions. Victoria est complexe, armée de doutes, de désirs mais également de volupté, tandis que la figure masculine incarné par David ne parvient pas à passer outre la moralité ; au-delà de ses envies, il y a un questionnement incessant.

C’est finalement un récit féroce et pulsionnel, où la vérité est tangible.
Une écriture passionnée, qui perd parfois son lecteur dans un amas de descriptions, qui n’hésite cependant pas à prolonger une sensation d’oppression omniprésente. L’auteur a su nous immerger totalement dans l’intimité de ces amants, nous laissant témoin du sombre destin de ces deux protagonistes.

Un roman inclassable qui épouse plusieurs genres comme le policier, l’érotique ou le social, mais qui, à travers cette diversité, offre une portée intéressante.

Achetez Le système Victoria sur Comparonet