Le temps des miracles, Anne-Laure Bondoux

Clément Solym - 10.02.2009

Livre - temps - miracles - Anne


Un livre. Une histoire. Deux personnages. Rien de surprenant. En passant les premières pages du temps des miracles, je pensais avoir entre les mains un livre comme il m’en tombe tant et bien trop à mon goût. Mais, imperceptiblement, je suis saisi, le jeune Koumaïl s’agrippe à moi comme il s’agrippe à Gloria Bohème. Et je me rends compte, en détachant mes yeux des petits caractères, une centaine de pages plus loin, que je suis prisonnier d’un livre comme on en écrit trop rarement.

Koumaïl, ou Blaise Fortune, comme il aime à penser qu’il s’appelle, nous raconte son histoire sur le ton de l’autobiographie mais avec ce qu’il faut de naïveté. Quand le livre s’ouvre, on le retrouve alors qu’il est en France, sur le point de prendre l’avion pour aller retrouver sa chère Gloria Bohème dans le Caucase, son pays d’origine.

Mais, son pénible chemin, il l’a commencé bien plus tôt, alors que le Caucase est en proie à une guerre civile qui dévaste tout, les êtres, les terres, les richesses et les bonheurs passés. Ses souvenirs ne commencent qu’à partir de 1992 : il se trouve alors dans un vieil immeuble désaffecté et pourtant squatté par de nombreux réfugiés qui fuient les combats.

 

Là, on le découvre au milieu de son quotidien, fait de ces petits riens qui recomposent une vie presque normale. Gloria Bohème prend soin de lui et lui raconte, à chaque fois qu’il en émet le souhait, l’histoire de sa découverte et de son sauvetage miraculeux. A cette époque, Gloria vit paisiblement au milieu de ses frères, auprès de son père, le vieux Vassili et aux côtés de son amoureux, ZemZem.

Dans la prospère propriété agricole tout va pour le mieux jusqu’à l’accident. C’est un train qui déraille. Dans le chaos qui s’ensuit, Koumaïl est sauvé de justesse alors que sa mère, Jeanne Fortune, disparaît vers l’hôpital, ayant seulement le temps de demander à Gloria de prendre soin de son fils. Prenant à cœur sa mission, la jeune femme élève le bébé tout en souhaitant le ramener un jour dans son pays d’origine, la France. Elle garde en main le passeport de sa mère et celui de Blaise Fortune.

Mais, « tout était devenu compliqué, parce que la guerre avait éclaté. En réalité, le train n’avait pas déraillé par hasard : c’était un sabotage. Le verger a été réquisitionné par la milice, ‘pour l’effort de guerre’, ils ont dit. Ils ont pris la maison, les camions et même les arbres ! »

Seule issue, la fuite. Alors que les hommes partent se battre, Gloria emmène avec elle le jeune Koumaïl, Blaise Fortune, sur la route de l’exode. Ils iront ainsi de squats en cabanons faits de bric et de broc, poursuivant un unique objectif : fuir pour que Blaise Fortune retourne un jour en France.

  

On est happé par la voix de ce jeune garçon qui nous ouvre la porte de l’intimité qui l’unit à cette mère qu’est pour lui Gloria. A chaque étape de leur voyage, ce sont de nouvelles rencontres, de nouveaux échanges toujours riches même s’ils sont brefs. Si le regard de l’enfant garde sa naïveté, l’on comprend toujours, entre les lignes, la triste réalité sur laquelle se construit son quotidien. Plusieurs réalités se télescopent dans son esprit. Le monde des adultes et celui des enfants se rencontrent de façon unique dans les circonstances extrêmes.

Cet ouvrage, d’une grande richesse humaine propose une vision multiple de la réalité. On suit l’enfant qui découvre, pas à pas, toute la dualité du monde qui l’entoure. A travers cette véritable initiation, on ne peut manquer d’être touché par la force de sa voix. Comme le dit si bien le Tzigane qu’il rencontre, Babik, à travers les mots de son récit, la beauté de son âme transparaît et nous éclaire…

Un chef-d’œuvre signé Anne-Laure Bondoux à mettre entre toutes les mains. Sur des thèmes aussi problématiques que les sans-papiers, la guerre civile, l’enfance volée, l’auteure nous propose le récit de toute la richesse d’un parcours. Si Le temps des miracles est paru dans la collection Bayard jeunesse, il ne fait nul doute que ses pages vous séduiront tout aussi bien que vos enfants. Et, cerise sur le gâteau, la couverture est toute aussi belle que les mots qui emplissent les 255 pages du temps des miracles.




Retrouvez Le temps des miracles, sur Place des libraires




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.