Playlist des livres à emporter avec soi durant les vacances

Félicia-France Doumayrenc - 07.07.2015

Livre - playlist conseils - livres vacances - lectures été


Question récurrente : « Que me conseillez-vous comme livre de l’été » ? Le mot livre étant le plus souvent au singulier. Dans tous les journaux, il est recommandé une liste qui diffère, selon les critiques ; la « fameuse » liste se résumant aux best-sellers de ces « fameux » livres de vacances et l’on y retrouve le plus souvent en tête Levy et Musso.

 

She's come undone

Nick Grosoli, CC BY ND 2.0

 

 

Il n’y a pas de playlist de l’été. Il n’existe pas de livres insubmersibles qui résisteraient à l’eau, au sable, aux éclaboussures des gouttes d’eau des piscines. De même, aucun bouquin n’évitera les brins d’herbe ou les grains de sable qui, insidieusement, se glisseront parmi les pages et abîmeront l’ouvrage tout en dérangeant le lecteur.

 

Lit-on plus l’été ? C’est ce que tendent à prouver les statistiques. Le temps libre incite donc les gens qui ne sont pas des lecteurs assidus à entrer dans la librairie de leur lieu de villégiature ou lors de leurs courses dans les super ou hypermarchés à acheter le « fameux livre de l’été ». 

 

Il suffit de regarder les clients des librairies ou des grandes surfaces. Les têtes de gondole attirent l’œil et l’acheteur va, dans une espèce de réflexe quasi pavlovien se diriger vers ceux qui s’y trouvent. Lira-t-il de la qualité, un auteur ? Nul ne le sait, il ira vers ce qu’on lui a conseillé et généralement vers les couvertures attractives. 


Tendant l’ouvrage à la caisse, il éprouvera un sentiment de liberté, de quasi-déculpabilisation, il aura acheté le fameux roman ou essai dont tout le monde parle et se sentira rassuré comme s’il avait rempli sa mission.

 

Mais, ira-t-il jusqu’au bout de sa quête ? C’est-à-dire, une fois l’ouvrage en poche ou en main fera-t-il l’effort de se plonger réellement dans les mots de l’auteur ? Cela, en dehors de lui-même lecteur de l’été, nul ne le sait. 

 

Donc, pour en revenir à la question posée : « Que me conseillez-vous comme livre de l’été ? »  Si l’on se doit d’être honnête, il faudrait dire tout.

 

Oui, conseillons tout. Car quand on aime lire, ou qu’on a envie de transmettre sa passion de la lecture, il est difficile de faire un choix. Ce qui plaît à l’un peut tomber des mains d’un autre. Mon conseil puisque vous me le demandez est totalement basique.

 

Relisez ou lisez d’abord les classiques, plongez-vous dans Homère : l’Iliade et l’Odyssée ne sont en rien passés de mode, découvrez ou redécouvrez nos auteurs classiques Villon, Restif de la Bretonne, La Fontaine (qui n’est pas uniquement l’auteur des Fables), Rousseau, Hugo (l’œuvre de ce dernier étant significatif, il vous occupera plus longtemps que le temps de vos vacances), Mallarmé, Balzac, Flaubert, Stendhal.

 

Si vous partez à l’étranger, prenez avec vous un livre écrit par un écrivain dont la langue est du pays de votre destination, pour l’Espagne : Cervantès, Garcia Lorca, pour l’Italie D’Annunzio, Calvino, Moravia, pour les États-Unis : Henry James, Faulkner, Hemingway, pour l’Irlande James Joyce, Wilde, Beckett, etc. Découvrez les pays autrement en vous laissant bercer (même si le livre est traduit) par les mots et les couleurs de l’auteur, mettez vos pas dans leurs pas.

 

Mais, encore ? Encore, ce seront mes coups de cœur de littérature contemporaine française : Maurice Blanchot, George Bataille, Edmond Jabès, Marguerite Duras, George Perec et la liste est loin d’être exhaustive.

 

Quant aux livres de cette année, nous avons eu des pépites qui ont été chroniquées dans notre journal.

 

Holiday reading

Tristan Ferne, CC BY 2.0

 

Et, surtout face à une culture en péril, essayez de redécouvrir la poésie qui est un art majeur et à laquelle on laisse si peu de place. Commencez par redécouvrir Rimbaud, Verlaine, Baudelaire puis faites-vous plus audacieux et lisez Aragon, René Char, Bernard Noël, etc.

 

Lire est une aventure, une rencontre, quasi une histoire d’amour entre la langue d’un auteur, la magie de ses mots, les histoires dans lesquelles ils nous entraînent et nous lecteurs. 

 

Alors, n’ayez pas L’angoisse du Gardien de but au moment du pénalty (titre d’un livre inoubliable de Peter Handke) et on ne peut que vous souhaiter de rester comme Kafka sur le rivage (écrit du grand Haruki Murakami) heureux de votre plongée dans les mots.

 

Et, si malgré cela vous doutez encore, allez chez un libraire qui saura vous conseiller, il en existe de grands et eux ne les oublions surtout pas, ils sont le lien indispensable entre l’écrivain et le lecteur.