Les cendres d’Angela : une enfance irlandaise

Cécile Pellerin - 08.01.2018

Livre - Irlande - pauvreté - enfance


Incontestablement, la préface de Colum McCann ajoutée à la nouvelle édition du roman de Frank McCourt (traduit par Daniel Bismuth), paru initialement il y a un peu plus de vingt ans, offre aux Cendres d’Angela, une nouvelle lecture, plus contemporaine mais confirme en même temps que la pauvreté, l’exil demeurent des situations tragiquement intemporelles qu’aucune société ne semble en mesure d’abolir, encore aujourd’hui.
 

D’une puissance narrative poignante, l’histoire autobiographique de Frank McCourt (décédé en 2009), écrite à distance (il a alors plus de soixante-cinq ans) est à la fois incroyable et sordide. Sans complaisance.
 

“Quand je revois mon enfance, le seul fait d’avoir survécu, m’étonne.”
 

Elle échappe au désespoir mais raconte une enfance misérable en Irlande dans les années 1930, des conditions de vie abominables ; l’Enfer sur terre. Elle échappe au bonheur mais prend la couleur de l’humour, de la mélancolie, éveille quelques sourires et laisse le lecteur, désorienté, abasourdi.
 

Des sentiments de révolte et de colère se mêlent à une infinie tristesse mais n’effondrent pas, jamais. Ragaillardis par un instinct de survie, une énergie extraordinaire, un espoir démesuré, ils apportent au récit une tonalité unique, éloignée du mélodrame où la voix de l’enfant (narrateur-auteur), sensible et spontanée, naïve s’affermit, sans se départir d’accents plus rauques et plus nuancés. Comme ajustés pour ne rien trahir, dépossédés de tout excès émotionnel. Et sans rancune.
 


 

Angela, la mère de Frank a fui l’Irlande pour les Etats-Unis en quête d’une vie meilleure. “Va donc en Amérique où il y a de la place pour les incapables de tout poil.” La Grande Dépression qui sévit et son récent mariage avec Malachy, un Irlandais du nord, porté sur la boisson, ne lui garantissent pas le bonheur espéré. Eprouvés par la mort de leur cinquième enfant, leur unique fille, le couple McCourt décide de rentrer en Irlande, à Limerick. Mais la pauvreté qu’ils ont laissée quelques années plus tôt n’a pas fléchi. Immonde et meurtrière, elle entraîne la famille dans une lutte démesurée pour survivre.
 

A travers la voix de Frank, l’aîné des enfants, c’est toute l’histoire d’une enfance irlandaise au cœur de la précarité qui surgit, sans filtre, aux yeux des lecteurs, oscillant entre crasse et puanteur, phtisie et typhoïde, cris et pleurs, stout et sèche, poux et puces, école, mendicité et petit boulot, folie et mort, solidarité et solitude, mère courage et père instable et faible… Une immersion redoutable mais impossible à abandonner, tant les personnages pressent de lire en continu.
 

Une suite ininterrompue ou presque d’événements tragiques qui façonnent le jeune garçon, éreintent la famille entière mais n’anéantissent jamais la volonté de tenir, d’avancer plus loin, de vivre mieux, un jour et ailleurs. 
 

[Extraits] Les cendres d'Angela de Frank McCourt 
 

Précises car véritables, les conditions d’existence rapportées dans ce roman autobiographique frappent au cœur, épouvantables et inhumaines mais, paradoxalement, jamais insoutenables à lire. Au contraire, c’est comme une tendresse qui perdure, un effet de lumière, au-delà de la noirceur.
 

Une mise à distance saine, facilitée par un humour noir et une innocence préservée, à la fois pénétrante et subtile, capable d’éclairer le lecteur de roman sur une période historique précise et sur la lente évolution de la société irlandaise catholique ; capable aussi d’éveiller son regard vers l’Autre. Sur soi. Sur aujourd’hui. “Qui aurait mesuré la valeur de ce récit ? Qui aurait dit qu’en racontant une ville pour l’ensemble ignorée, et une vie promise à l’oubli, on défendait la démocratie dans ce qu’elle offre de plus grand ?” (Colum McCann).
 

Parfois la lumière des ténèbres éblouit.

Frank McCourt - Les cendres d’Angela – Belfond – 9782714447920 – 20,90 euros.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Belfond
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782714447920

Les Cendres d'Angela (N. éd.)

de Frank Mccourt

Il y a tout juste vingt ans, la France tombait sous le charme des Cendres d'Angela, mémoires d'une enfance irlandaise drôles, tendres et sans rancune, portés par une langue et un souffle romanesque remarquables. Véritable phénomène littéraire mondial, lauréat du prix Pulitzer 1997, un récit sur l'immigration, la pauvreté et la conquête des possibles, une œuvre devenue culte, à (re)découvrir. Difficile de croire que Les Cendres d'Angela aient déjà vingt ans, pourtant le livre de Frank McCourt a mieux vieilli que la plupart de ceux de la même époque, du fait notamment qu'il n'a rien perdu de sa justesse. Il est peut-être plus pertinent que jamais. L'autobiographie de McCourt a touché la France au cœur, réussi à faire rire ses lecteurs même en ce qu'elle recèle de plus sombre. Aujourd'hui, en 2017, elle est capable d'apporter un éclairage particulier sur notre situation, guère plus réjouissante. C'est, à la base, l'histoire d'un immigré, confronté à la pauvreté, à la solitude, à l'oppression, mais également le récit d'une lutte contre le pouvoir, d'une conquête des possibles, qui passe en revue les thèmes de la foi, de l'adhésion à une communauté, de l'isolement. Deux décennies plus tard, tout est encore là : la violence, l'exil, la privation, le besoin. Imaginez que vous apportiez un exemplaire du livre dans les tours de Saint-Denis, que vous le lisiez sur les quais de Marseille, que vous en discutiez dans la jungle de Calais avec les réfugiés. Leur propre histoire commence de la même façon. Nous ignorons seulement si elle connaîtra un dénouement analogue. Extrait de la préface de Colum McCann

J'achète ce livre grand format à 20.90 €

J'achète ce livre numérique à 14.99 €