Les chemins de la haine : Long Way Home

Cécile Pellerin - 22.01.2018

Livre - Roman policier - migrant - Royaume Uni


Efficace, dense, d’une construction impeccable et rigoureuse, rythmé avec ardeur, témoin d’une actualité brûlante, le roman policier d’Eva Dolan révolte autant qu’il désespère.


 

Féroce et palpitant, vif et pénétrant, très noir, il tient le lecteur captif autant par l’intrigue, les fausses pistes et les rebondissements que par l’observation minutieuse des ravages que la crise économique entraîne sur les populations fragiles les plus pauvres et celles des classes moyennes des villes anglaises.
 

De la perte d’humanité à la barbarie monstrueuse et aux crimes haineux, il n’y a qu’un pas que certains  personnages d’Eva Dolan franchissent sans équivoque et rapidement (lucidement ou non d’ailleurs) tandis que d’autres, plus ambigus, mais non moins sinistres, (à la fois victimes et complices de ce système libéral  inégalitaire) franchissent plus insidieusement et lentement mais avec les mêmes effets dévastateurs.
 

Resserrée sur une semaine, l’histoire, inscrite dans une réalité précise et nuancée, révélée à partir de personnages solides et tous convaincants est intensément visuelle, quasi-cinématographique, permet une lecture dynamique et vivante.
 

Le lecteur est associé aux lieux, aux ambiances. Pleinement immergé dans le marasme, la grisaille, l’insalubrité et la promiscuité des quartiers périphériques, il “respire” la pauvreté, l’odeur des bars glauques, l’humidité des logements de fortune, la solitude ; mal à l’aise, bousculé mais s’accroche aussi à l’intrigue policière, essentielle pour “se divertir” et ne pas  juste sombrer.

Dans une ville  située au nord de Londres, un homme est retrouvé mort, brûlé vif dans un abri de jardin. Difficilement indentifiable, il s’agirait pourtant d’un travailleur immigré estonien. Dans ce quartier populaire de la ville, nombreux sont les étrangers qui espèrent trouver un travail et des conditions de vie meilleures que celles qu’ils ont quittées. Mais entre la crise économique qui fait des désastres au sein même de la société anglaise, entre les groupuscules extrémistes qui les rejettent avec violence, il ne devient pas aisé de trouver sa place et de s’intégrer en Angleterre.
 

“La direction voulait d’un nom étranger à la tête des crimes de haine, et elle tenait à ce que l’intéressé soit un “immigré” de troisième génération. Quelqu’un juste ce qu’il faut de différent.”
 

Pour l’inspecteur Zigic qui dirige la section des crimes de haine de la police de Peterborough et le sergent Ferreira, issus eux-mêmes de l’immigration, l’enquête révèle rapidement plusieurs pistes et suspects possibles et s’imbrique rapidement dans une autre affaire de travail clandestin.
 

“Derrière les maisons existaient un dédale d’extensions illégales et de garages qui étaient reconvertis en logements pour les travailleurs immigrés trop fauchés pour se payer un lit dans une vraie maison.”
 

Loin des quartiers résidentiels de la ville, surgit un entre-deux mondes, où les marchands de sommeil, les proxénètes, les trafiquants en tous genres, les gangsmasters exploitent une main d’œuvre humaine étrangère et servent une économie libérale, finalement peu soucieuse des droits de l’homme ; plus disposée à réduire les moyens de la police qu’à contrôler les vastes chantiers de construction qui dénaturent l’environnement et asservissent les ouvriers.
 

[Extraits] Les chemins de la haine de Eva Dolan
 

Assurément engagé et politique, explosif, le livre d’Eva Dolan est avant tout un polar social, intelligent et passionnant. Il éclaire autant qu’il impressionne et enthousiasme carrément.
 

Il délivre des effets de tension, de suspense propres au genre et par moments, plus sordide, exprime de la colère, de la douleur et une grande amertume, mais sans jamais perdre sa justesse de ton ni son lecteur, captivé et impliqué de bout en bout.
 

Décidemment, entre la jungle de Calais dépeinte par Olivier Norek (Entre deux mondes) et l’Angleterre esclavagiste d’Eva Dolan, on peut s’interroger si l’Europe libérale d’aujourd’hui n’est pas en train de perdre son sens de l’hospitalité. Et sa raison.
 

Oui, on peut en avoir honte.


Eva Dolan - Les chemins de la haine - Trad. Lise Garon - Liana Levi- 9782867469909 - 22 euros




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Liana Levi
Genre :
Total pages : 480
Traducteur :
ISBN : 9782867469909

Les chemins de la haine

de Eva Dolan

Pas de corps reconnaissable, pas d’empreintes, pas de témoin. L’homme brûlé vif dans l’abri de jardin des Barlow est difficilement identifiable. Pourtant la police parvient assez vite à une conclusion : il s’agit d’un travailleur immigré estonien, Jaan Stepulov. Ils sont nombreux, à Peterborough, ceux qui arrivent des pays de l’Est, et de plus loin encore, à la recherche d’une vie meilleure. Et nombreux sont ceux qui voudraient s’en débarrasser. Les deux policiers qui enquêtent sur le meurtre, Zigic et sa partenaire Ferreira, ne l’ignorent pas. N’éliminant aucune piste, le duo pénètre dans un monde parallèle à la périphérie de cette ville sinistrée par la crise économique, là où les vies humaines ont moins de valeur que les matériaux utilisés sur les chantiers de construction. Là où tous les chemins peuvent mener au crime de haine.

J'achète ce livre grand format à 22 €

J'achète ce livre numérique à 16.99 €