Les colères salutaires de Marcus Malte : Aires

Jean-Luc Favre - 03.02.2020

Livre - Marcus Malte Aires - autoroute voitures infos - croiser destins existence


ROMAN FRANCOPHONE – « Je suis né en 1967 à la Seyne-sur-Mer et j’y suis resté. J’ai fait des études de cinéma, mais ça n’a pas marché, j’ai fait un peu le musicien, mais ça n’a pas trop marché. Aujourd’hui j’essaie d’écrire des histoires, on verra. »



 


D’emblée en fouillant sommairement dans la biographie anachronique pour ne pas dire versatile de l’auteur, on comprend que Marcus Malte est un touche-à-tout solitaire et convaincu, auteur d’une œuvre originale puisant dans tous les genres, roman policier, nouvelle, littérature pour enfants et pour la jeunesse.

Un auteur quelque peu inclassable sans être pour autant faussement iconoclaste ou sottement révulsé, qui semble se chercher encore ; révélé au grand public par le Prix Fémina en 2016, pour son roman Le garçon paru chez Zulma, depuis sorti en poche. Un ouvrage étrange, il faut le dire presque dérangeant. « Il n’a pas de nom, il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage », qui met principalement l’accent sur l’incompréhension face au monde parfois vécu comme une véritable tragédie épistolaire.

Dans cette droite ligne et pour poursuivre ses intentions, il vient de publier un nouveau livre intitulé Aires, tout aussi déroutant sur le fond avec des personnages au quotidien. Frédéric, lanceur d’alerte devenu conducteur de poids lourds. Catherine qui aimerait gérer sa vie comme une multinationale du CAC 40. Sylvain, un consumériste en route pour Disneyland flanqué de son fils hébété. Roland, prof de techno, part pour rejoindre la femme de sa vie en perdition maladive. Peter, un rocker très british, nostalgique et paumé. Maryse et Lucien atteints par la force de l’âge et qui roulent en Dacia. Audrey et Romain, sans oublier un écrivain sans lecteurs qui cherche son karma.

Ainsi la vie défile-t-elle, « scandée par les infos, les faits divers, les slogans, toutes ces histoires qu’on se raconte — la vie d’aujourd’hui souvent cruelle, parfois drôle, avec ses faux semblants et ses loosers ». Et ils sont sur l’autoroute, plongés dans une sorte de latence inconvenante, voire quasi grotesque, qui peut paraître parfois désespérée, sur fond d’humour noir cependant, qui donne le sentiment que la vie n’est qu’un piège, faite de mensonges et d’hypocrisie.

Un regard lucide et persuasif, il est vrai, s’il n’y avait également dans ces lignes quelques aspects volontairement « comiques » sur fond de moralisme indistinct conjugant à la fois, l’espoir et la perte d’être soi. Un livre colérique et grave qui s’insinue habilement dans la vie de tous les jours sans toutefois pleinement y adhérer.
 

[Premières pages] Aires


Un nouvel habitacle en somme qui délimite des instants de perception, en direct, à la vitesse d’une information diffuse pour ne pas dire tronquée qui rabat les oreilles de manière assourdissante jusqu’à saturation. Ainsi va la vie, avec ces cheminements contradictoires et imprévisibles, ces moments de doutes inévitables, son cortège d’erreurs et ses égos démesurés, miroir de l’impuissance existentielle à contenir les troubles.

Et ce qui frappe dans cet ouvrage, révélateur d’une société un peu perdue, c’est d’abord la franchise de ton de l’auteur dans un style ouvert et puissant sans transiger au final sur le contenu parfois pervers de la domination, celle qui fait souffrir et détruit les rêves.

Un énorme pavé qui se lit finalement comme un magazine que l’on feuillète ici et là au gré des circonstances et des lieux, avec le sentiment de vivre dans une société déconnectée et brouillée. Là où les destins se croisent dans une douce solitude, comme si ces gens de passage ne pouvaient exister que partiellement désincarnés et en proie à la hantise de ne pouvoir se refaire. « Avec le temps, avec le temps va tout s’en va, on oublie le visage et l’on oublie la voix, le cœur quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien ».

À lire absolument.


Marcus Malte – Aires – Zulma – 9782843049316 – 24 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.