Les délices de Tunis, Pierre Olivieri

Clément Solym - 17.11.2008

Livre - les - delices - Tunis


Pierre Olivieri joue à merveille l’ambiguïté dans cette vraie fiction au parfum de biographie, où la filiation entre auteur et personnage est poussée jusqu’à son sens propre, où les réalités historiques et médiatiques envahissent l’œuvre, lui donnant la force d’un témoignage.
 

Une écriture émouvante, parfois nostalgique, riche de références littéraires et culturelles où l'on rencontre un questionnement sur la place du personnage à l’intérieur (ou pas ?) de la création littéraire.
 

Dès les premières pages, le lecteur traque les indices laissés par l’auteur, pour démêler les fils de la narration.
 

Qui est cet Ahmad Tifachi, présenté comme co-auteur du roman et plus loin narrateur tunisien, et qui cependant n’apparaît pas en couverture ?
 

Comment comprendre l’avertissement au lecteur, dont l’auteur serait le neveu du personnage central du roman ?

 

De (faux) témoignages en extraits de carnets personnels, du Coran à Freud, de l’Occident ennuyé et avide à l’Orient fantasmé, le récit nous entraîne à la suite de Louis, intellectuel épicurien, navigant entre deux mondes, en quête de plaisirs et de racines.
 

Son exil volontaire vers une Tunisie « maternelle » questionne, au seuil de son soixante-quinzième anniversaire, ses relations familiales, amicales, ses choix professionnels et personnels, fils de son parcours qu’il tisse en une apothéose tragique.

 

A Hammamet, Tifachi, l’écrivain-narrateur, entretient avec Louis des relations ambiguës, emblématiques d’une domination occidentale empreinte de fascination. Leur dialogue inégal mais fructueux est le pendant des joutes oratoires vides auxquelles se livrent l’entourage de Louis.
 

Celui-ci charge Tifachi d’organiser le séjour érotique de ses invités, élite cultivée et libre de mœurs qui constitue son cercle d’intimes. Acteurs consentants, mais ignorants du scénario imaginé par leur ami, ils iront de plaisirs raffinés en orgies exotiques vers l’extase finale.

 

Les délices de Tunis entraînent le lecteur dans un dédale littéraire où la tragédie s’amarre à la sensualité, la fiction au réel, l’Occident à l’Orient pour un voyage de l’autre côté du miroir.

 

La fiction s’amarre au réel, pour ne plus en être distinguée.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.