Les démons de l'enfance attendent au coin des rues, la nuit

Victor De Sepausy - 29.01.2019

Livre - Antônio Xerxenesky roman - Sao Paulo terreur - surnaturel rues nuit


THRILLER – Des chiffres, des ombres, depuis l’enfance, la vie d’Alina se peuple de choses étranges, de visions assez peu rassurantes. Aujourd’hui, à 30 ans, elle est docteur en histoire des religions, spécialisées dans l’occulte. Le rationnel devenu sa bouée de sauvetage, elle est presque parvenue à reléguer ses cauchemars au seul rang de mauvais rêves...


 

C’est un appel de la police de Sao Paulo qui chamboule tout : une secte est soupçonnée d’avoir provoqué une épidémie de crises psychotiques dans la ville. Des enlèvements... Et pour seul indice auquel se raccrocher, les forces de l’ordre butent sur une forme géométrique trouvée sur le corps. Alina est contactée, pour ses évidentes connaissances. 

Elle-même sort à peine d’un deuil familial, particulièrement douloureux. Mais cette histoire de symbole, composé de neuf triangles, l’intrigue, et elle décide de lancer les recherches de son côté. Les informations de la police sont maigres : des citoyens kidnappés, classe moyenne, qui resurgissent sans aucun souvenir de ce qui leur est arrivé, hébétés, sur l’avenue Paulista, plus grande artère de la ville.

Intrigant. Et ce symbole ésotérique... Suffisant pour qu’Alina choisisse de fuir temporairement son quotidien suffocant, et plonge dans l’inconnu. Tout cela fait profondément écho avec ses propres cauchemars : au réveil, enfant, elle avait beau ouvrir les yeux, des images persistaient. On lui avait expliqué que c’était un truc dans son cerveau : Alina s’était résignée.

Une histoire d’horreur sans véritable horreur, malgré tout, la nuit tombe, joue sur plusieurs niveaux. Narratif, d’abord, avec cette transition abrupte qui passe d’une focalisation externe à interne. D’un narrateur extérieur, presque lointain, on se retrouve dans l’esprit d’Alina – qui elle-même va progressivement flirter avec l’irréel. 

C’est aussi maintenant que son passé resurgit – amorcé dès les premières pages avec ce cauchemar. On retrace son enfance, son adolescence, l’accompagnant en même temps dans les rues de São Paulo, de nuit – une balade touristique à travers les lieux de la ville, filtrés par une angoisse constante.

Social également, tant le personnage dépeint par Xerenesky ressemble à un portrait-robot de la première vague de la génération Y. Un travail qui permet tout juste de payer le loyer et les factures, une remise en cause des valeurs que les parents ont tenté de transmettre. Et pour autant, rien dans le quotidien qui permette de trouver un idéal. Relations superficielles, dépression ordinaire et sentiment d’échec à chaque instant renouvelé. 
 
C’est alors que cette journée hors du commun devient une planche de salut : une porte s’ouvre vers autre chose, qu’importent les risques ou le danger. Il faut se lancer pour trouver du nouveau. Et au gré de ses déambulations nocturnes, se dessine alors une autre dimension, plus profonde. Comment affronter la disparition, sans se réfugier dans un cynisme protecteur ? 

Le monstre est plus souvent en soi que réellement à l’extérieur... 


Antônio Xerxenesky, trad. Mélanie Fusaro (portugais - Brésil) – malgré tout la nuit tombe – Asphalte – 9782918767848 – 20 €


Dossier Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Asphalte
Genre :
Total pages : 224
Traducteur : mélanie fusaro
ISBN : 9782918767848

Malgré tout la nuit tombe

de Antonio Xerxenesky

Alina a bientôt trente ans et vit à São Paulo. Doctorante en histoire des religions, elle passe ses journées devant un ordinateur, au vingt et unième étage d'un gratte-ciel, prisonnière d'un boulot alimentaire dans la publicité. Elle peine à surmonter un deuil familial et perd peu à peu sa joie de vivre. Jusqu'au jour où elle est contactée par la police, qui a besoin de ses connaissances pour démasquer une secte soupçonnée d'enlèvements. Et si c'était là l'occasion unique de briser sa routine ? De prendre sa vie en main et de trouver un sens aux questions qui l'assaillent ? Une journée et une nuit suffiront à ébranler les certitudes d'Alina, et par là même celles de toute une génération anesthésiée par son quotidien. Dans Malgré tout la nuit tombe, Antônio Xerxenesky fait surgir l'irrationnel dans nos existences cartésiennes, éveillant nos angoisses les plus profondes.

J'achète ce livre grand format à 20 €