medias

Les Ensablés - "La vraie vie est ailleurs" de Jean Forton (1930-1982) un roman inédit exhumé par le Dilettante

Les ensablés - 18.11.2012

Livre - Bel - Forton - Dilettante


Les péripéties qui ont conduit à la publication de ce roman inédit "la vraie vie est ailleurs" sont déjà romanesques. Il avait disparu. Dans une lettre, Jean Forton mentionne son existence, mais il était introuvable. Le Dilettante s'en étonne auprès de la veuve de l'écrivain. Où est donc le manuscrit? Forton l'a-t-il égaré dans un train? brûlé? ou n'était-ce qu'un projet avorté, déchiré après quelques essais? Madame Forton fouille dans les archives de son mari.

 

Par Hervé Bel

 

 

Apparemment, aucune trace. Et pourtant, il est bien là, rangé dans un dossier portant le titre d'un roman déjà paru. Madame Forton a posé sur la table les feuillets oubliés, les a lus, éprouvant peut-être l'impression que son mari, pour un court moment, était à nouveau là, car l'émotion qu'elle ressentait ne résultait pas d'un souvenir, mais d'un fait présent. Elle a dû se dire: "La dernière fois que ces pages ont été lues, c'était par lui, avec ses yeux bien vivants". Tremblante, elle a touché les feuilles où, sans doute, invisibles, figuraient encore les empreintes de l'écrivain. Le Dilettante vient de publier cette œuvre égarée: c'est un vrai roman, achevé, passionnant, écrit après 1966, lorsque Jean Forton, dégoûté par les refus de Gallimard, renonça à la publication. Il l'a écrit dans le silence et l'oubli. Fallait-il qu'il aimât la littérature pour écrire ce texte en sachant qu'il ne serait jamais publié! Lui, l'auteur de ce roman formidable qu'est "L'épingle du jeu" dont j'ai parlé longuement sur ce blogue, comment a-t-il été possible que Gallimard le repousse? C'est une question à laquelle je ne trouve pas de réponse.

 

 

L'épingle du jeu, on s'en souvient peut-être, met en scène des adolescents fascinés par un prêtre. Livre fort, tragique, sur la manipulation et la fragilité de l'adolescence. "La vraie vie est ailleurs" reprend ces thèmes, mais cette fois, il s'agit des rapports entre adolescents. Le héros, Jalus, élève moyen, plutôt timide, rencontre Juredieu, son contraire, jeune homme riche, insolent, qui n'a peur de rien. Avec lui, Jalus a l'impression de vivre, de vraiment vivre: il y a des filles, du danger, et on peut se moquer de tout. Rien n'est sacré, pas même les parents que l'on trompe ou vole. Jalus est faible et le sait. Dès que Juredieu le quitte, il retrouve ses peurs, ses doutes. Alors il suit Juredieu quoiqu'il fasse ou dise: J'avais bien le sentiment que ses propos manquaient un peu de noblesse, et sans doute aurais-je eu meilleure conscience s'il m'avait parlé d'injustice ou de don de soi. Mais j'étais à cet âge  où le chef compte plus que la cause, je ne réfléchissais pas beaucoup, je ne demandais qu'à suivre. L'adolescence, passage inévitable où l'on se découvre et, se découvrant, l'on trahit son enfance et ses parent.  Jalus est tout à la fois pur et corrompu. Tout l'art de l'écrivain qu'était Forton consiste à montrer, expliquer comment ce contraste reste possible. Comment, après avoir méprisé la femme avec qui l'on a couché, on peut aussitôt en vénérer une autre, éprouver, en songeant à elle, un transport presque mystique. A propos d'une jeune rencontré par Jalus, L'émotion qui me bouleversait n'était point de l'amour. Cette jeune fille était trop extraordinaire, trop différente de celle qui d'habitude m'attiraient pour déclencher en moi le processus de l'amour. Inconsciemment l'on se juge, et par un calcul s'opérant à l'insu de nous-mêmes nous n'offrons nos dévotions qu'aux seuls êtres susceptibles de les accepter. On remarquera au passage la finesse de cette dernière remarque, Forton en a des dizaines comme cela... Cette jeune fille sera pour Jalus plus qu'un amour, comme on pourra le lire. Elle est le pendant de Juredieu qui est la tentation du mal, d'une autre vie où rien ne compte que son plaisir.

 

Image du film Jeux interdits

 

Où est la vraie vie? Au moment où l'on découvre qui on est, on veut déjà aller ailleurs, être quelqu'un d'autre, en ayant compris, peut-être, que la vraie vie, autrement dit le bonheur, était justement cet âge merveilleux qu'était l'enfance, encore si proche et cependant à jamais abandonnée. Alors on cherche, on cherche toujours ailleurs. Vaine quête puisque, avec Juredieu comme avec la jeune fille merveilleuse, il y a toujours ce quotidien, cette matière grise de l'existence, qui nous reprend. Forton aimait Baudelaire. Sans doute en écrivant "la vraie vie est ailleurs" songeait-il à ce poème en prose: "anywhere out of the world". Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit.  Celui-ci   voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.

 

Un soir, chez Tinou, un bistro malfamé, Jalus se croit arrivé: la vraie vie était là, dans cette brume de l'esprit, avec au cœur cette chaleur de l'amitié. Mais non, ce n'est pas là. C'est dans ce wagon aménagé par les deux amis où l'on se retrouve avec d'autres copains: la vérité n'était pas au dehors, mais ici même, enclose dans le cercle que nous formions tous les trois. Non, elle n'est pas là non plus. Dans la famille? Mais déjà les parents ne comptent plus. On s'ennuie avec eux. Où, où? Et d'abord, y a-t-il une vraie vie en ce monde? Avec Jalus, nous comprendrons qu'il n'y en a peut-être pas. Forton trace un très beau portrait de l'adolescence. Quel miracle d'avoir redécouvert ce beau roman! Nous le devons au Dilettante qui ne cesse d’œuvrer à la renaissance de Forton, et d'autres encore comme récemment René Laporte. Pour finir, je rappelle qu'il existe un site remarquable sur Forton, tenu par Catherine Rabier (cliquer ici) et que tout lecteur avisé ne manquera pas de consulter.

 

Hervé Bel novembre 2012




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.