medias

Les Japonais aussi pètent parfois les plombs, Keiko Ichiguchi

Clément Solym - 12.11.2008

Livre - japonais - petent - plombs


Keiko Ichiguchi est une Japonaise installée depuis quelque temps déjà en Italie. De par sa connaissance du Japon et sa position d'observatrice en Italie, elle est la mieux à même de mettre en évidence les petites différences entre les pays occidentaux d'Europe et son pays natal, mais aussi de nous donner à connaître et comprendre sa culture. Ce qu'elle fait avec brio et humour dans son deuxième livre sur le sujet Les Japonais aussi pètent parfois les plombs, paru chez Kana dans la collection Kiko.

Le sujet :

Comment qualifier ce livre, il ne s'agit pas vraiment d'un essai, ni d'un livre d'humour et encore moins d'un manuel de culture et société du Japon. Il s'agit plus sûrement d'un recueil d'anecdotes et d'observations livrées un peu pêle-mêle comme les divagations d'une âme vagabonde. On retrouve quand même certains thèmes importants, les transports, l'école, la politesse et la timidité, et un peu d'Histoire.

En savoir plus sur les Japonais

Keiko Ichiguchi utilise un ton libre et presque complice pour s'adresser aux lecteurs, un peu comme un mangaka dans les quelques pages défouloir qui lui sont consacrées à la fin d'un volume. D'ailleurs, il ne faut pas oublier que Keiko Ichiguchi est une mangaka, elle est l'auteure notamment de 1945 et America (éditions Kana). Au fur et à mesure des pages on se laisse embarquer avec plaisir dans ce voyage entre deux cultures. À ce propos l'écrivaine déclare en guise de préface : « Ma voix est celle d'une vagabonde qui voyage entre deux pays, entre deux cultures... J'espère que vous vous amuserez en lisant ces pages ! ». Voilà qui résume assez bien l'esprit du livre.

On y trouve des anecdotes vraiment amusantes, d'autres affligeantes, et d'autres encore édifiantes. On découvre aussi certains mythes de la culture japonaise et des passages importants de l'Histoire qui sous la plume de Keiko Ichiguchi deviennent clairs. Les chapitres consacrés au Shinsengumi, moment clé de l'Histoire du Japon, sont particulièrement intéressants. Évidemment une grande place est accordée au manga, et les amateurs français y trouveront de précieuses informations sur des personnages, des conventions, ou encore sur le Shojo d'hier et d'aujourd'hui.

Un décalage appréciable

De sa position en décalage par rapport à son pays natal (puisqu'elle n'y vit plus ou très peu) et l'Italie (pays où elle vit depuis quelque temps) elle a obtenu un bon poste d'observation. Dans la critique, elle n'épargne ni le Japon ni l'Italie. À l'inverse, elle sait communiquer sa passion pour ces deux pays et même pour de petites choses comme une ballade dans un bus italien.

Avec un éclairage en décalage Keiko Ichiguchi met en lumière deux belles cultures, et les petits travers des sociétés de ces deux pays que sont l'Italie et le Japon. On en apprend beaucoup mais toujours dans une sorte de relation complice avec l'auteure et toujours avec une pointe d'humour pas désagréable du tout.


Retrouvez Les Japonais aussi pètent parfois les plombs, sur Place des libraires





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.