Les lames, Mo Hayder

Clément Solym - 10.08.2011

Livre - lames - mo - hayder


Bath est une petite ville où tout le monde se connait. Lorne est retrouvée assassinée, ce qui provoque la panique en ville. Qui pourrait vouloir du mal à une si jolie demoiselle qui voulait devenir mannequin ? C’est la question que va se poser Zoé, inspectrice zélée.

Elle va devoir côtoyer la corruption et les secrets de polichinelle afin d’arriver à une conclusion sordide : l’industrie charnelle est désormais le seul moyen qu’ont ces parias de la mode de continuer à espérer. « C’était le lot des enfants brisés de se retrouver dans des endroits […] plus sombres encore que leur propre côté obscur. »

Parallèlement, Sally, la sœur de Zoé, se retrouve démunie. Mère célibataire divorcée et endettée, elle va devoir accepter de travailler pour Goldrab, homme pourtant peu scrupuleux au passé nébuleux. Afin de protéger sa fille, menacée sans que cette dernière ne le sache par son lien avec Lorne, Sally n’hésitera pas à user de moyens pour le moins amoraux.

Zoé et Sally, deux sœurs que le destin a séparé, et qu’il va pourtant réunir le temps d’une enquête. Entre mensonges, manipulations et désœuvrement, toutes deux vont porter le poids de leur peur, mal néanmoins nécessaire pour arriver à leurs fins.

L’intrigue nous tient en haleine jusqu’au bout, grâce à une psychologie creusée autant que grâce aux électrons qui gravitent autour des principaux antagonistes, tous aussi creusés que ces derniers, car Les Lames, c’est aussi l’histoire de deux générations qui se croisent, la mère et l’adolescente. Les tourments de l’une se reflètent dans les yeux de l’autre, et c’est aussi cela l’une des forces du roman, qui ne peut définitivement laisser indifférent.

Pour son huitième roman, Mo Hayder ne perd pas de vue l’alchimie d’un bon polar. On notera cependant quelques légères incohérences narratives qui peuvent quelque peu désappointer après ses précédents ouvrages, excellents. Cet opus ne fera pas l’unanimité auprès des fans, certes, mais l’auteur a su s’imposer avec brio dans cet univers qu’est la littérature policière et on comprend aisément pourquoi.

Suspense, noirceur et intimité, elle joue sur les forces et les faiblesses des protagonistes, qui héritent de sa féminité. Une plume fine et chargée d’énergie qui nous propulse toujours plus dans l’incertain, où le dénouement est à couper le souffle. Vous l’aurez compris, tout est réuni pour passer un très bon moment.

(traduit de l'anglais par Jacques Morin)

Achetez Les Lames sur Comparonet