Les morts les plus anciens sont toujours les plus bavards

Victor De Sepausy - 29.01.2018

Livre - Richard Montanari polar - Kevin Byrne romans - enfance meurtre passé


Kevin Byrne doit en avoir ras le bol : les affaires qu’on lui confie en tant que détective privé sont passablement bizarres. Des agressions à domicile, mais dont les indices confirment, à mesure, qu’elles ne doivent en réalité rien au hasard. Probablement parce que Billy est un excellent tueur, aux méthodes impeccables. Mais incapable de voir qui seront ses prochaines victimes.



 

La série Byrne/Balzano — Jessica Balzano étant l’assistante du procureur qui collabore régulièrement avec Byrne, son ancien partenaire — est un succès qui repose sur une efficacité reconnue. Cette fois, Jessica est affectée à l’enquête que suit Kevin, avec une nouvelle dimension : c’est dans le quartier Devil’s Pocket, où Byrne passa son enfance, qu’ils se retrouveront.

 

Et un crime venu du fin fond de cette époque va resurgir. Non que le détective l’avait oublié : il le hante depuis des années. Mais possible que ce dont il fut témoin alors qu’il était gosse fasse tout simplement de lui la prochaine victime de Billy. 

 

Billy, son problème, c’est qu’il souffre d’une étrange cécité : la prosopagnosie, et il ne peut donc pas reconnaître le visage des gens, littéralement. Il ne mémorise, un déficit sensoriel qui devient obsédant. Dans les rues de Philadelphie, il erre — il a passé deux ans dans le coma après un accident de voiture, et depuis, c’est une folie meurtrière qui l’habite. 

 

Et pas question de faire un nœud à son mouchoir pour tenter de se souvenir : avec les mouchoirs, Billy fait toute autre chose. Des mouchoirs en lin, de préférence. Secondé par Sean, sorte de frère adoptif, c’est toute l’horreur du passé qu’ils dévoilent.

 

[Extraits] Confession de Richard Montanari 
 

Pour cette neuvième aventure, Montanari parvient, une fois de plus, à boucler l’histoire dans les meilleures conditions, conférant même aux criminels une dimension humaine inattendue. Intrigue solide, résurgences d’un passé que l’on pensait enfoui et oublié, Confession frappe juste, méticuleusement. Probablement en écho à la manière dont Billy travaille : une stratégie, une pratique proche du rituel…

 

Probablement les histoires généalogiques du livre pèsent-elles un peu trop lourd — et que le contexte historique pourra doucement agacer. On sera de toute manière happé par les rebondissements multiples et la magie de cette narration haletante. Billy Farren est assurément dérangé, mais le plus dérangeant reste l’affection qu’on finit par lui porter.

 

 

Richard Montanari, trad. Fabrice Pointeau – Confession – Cherche Midi Editeur – 9782749157580 – 21€ 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.