Libération, le dernier Patrick Ness, entre réalité et onirisme

Fred Ricou - 07.05.2018

Livre - homosexualité adolescence - vengeance fantôme - patrick ness


Un roman de Patrick Ness est toujours un événement. Dans Libération, il navigue comme à son habitude entre fantastique et réalisme. D’un chapitre à l’autre, il raconte la vie d’un jeune homme homosexuel et le retour d'entre les morts d'une jeune femme en quête de vengeance. Fascinant !

 


 

Depuis la trilogie Le Chaos en marche, parue il y a une dizaine d’années (2009 chez Gallimard jeunesse), Patrick Ness est devenu un auteur majeur de la littérature jeunesse anglo-saxonne. Le livre devrait d'ailleurs être porté au cinéma en 2019. Quand on pose les yeux sur l'un de ses romans, on ne sait pas réellement ce que l’on va y lire et la quatrième de couverture est régulièrement éloignée de ce que l’on y trouve.

 

Ainsi Le Chaos mêlait une forme de western, avec une histoire de science-fiction, mais également une dystopie fantastique… Tout cela et cependant bien plus. D'ailleurs, dans une récente adaptation de Quelques minutes avant minuit dont Patrick Ness signait le scénario – un jeune garçon qui perd sa mère d’un cancer –, le fantastique servait au héros à affronter la réalité.

 

Dans Libération, Patrick Ness raconte quelques heures de la vie d’Adam, un jeune homme homosexuel, dans une petite ville d’Amérique profonde. Pas vraiment embarassé par sa sexualité, il se heurte cependant au regard de sa famille : son père, pasteur, ne comprend pas cette vie qu’il désapprouve. En réalité, seul Marty, le frère d’Adam, est un modèle… jusqu’à ce que tout dérape. À quelques kilomètres de là, une jeune femme se réveille dans la forêt, elle comprend qu’elle est morte, tuée sous les coups de son compagnon, lors d’une soirée drogue de trop. Et lors de son retour parmi les vivants, une divinité de la nature s'attache à ce jeune spectre.

 

Les deux lignes narratives ne se croisent quasiment jamais, et pourtant l’on suit l’histoire de ces deux êtres comme deux pièces éloignées d’un même puzzle. 

 

Déjà, dans Et plus encore (2013), Patrick Ness commençait à prendre ce virage avec le personnage de Seth,  lui aussi jeune homosexuel : le roman débutait en effet par son suicide. Mais l'auteur va ici plus loin et se libère totalement. Comme d’habitude chez l’auteur, tout ici est fait avec la plus belle des finesses, une intelligence rare et un savoir écrire qui n’appartient qu’à lui.

 

Véritable objet littéraire non identifié, toute la bibliographie de Patrick Ness joue sur plusieurs tableaux à la fois. Même si l’auteur arrive parfois à nous perdre au cours de l’histoire, le lecteur est toujours rattrapé par cette focalisation sur ce que Patrick Ness veut faire passer. On retrouvait cela dans un autre de ses romans Nous autres simples mortels (2015) : il mettait l’accent sur une bande d’ados ordinaires tandis que de super héros se battaient à quelques centaines de mètres d’eux…

 

Libération est à nouveau un roman de Patrick Ness qui divisera ses lecteurs. Ceux qui ne comprennent pas et ne comprendront jamais l’œuvre de l’auteur et ceux qui se laisseront porter par l’atmosphère si particulière de ses histoires et de ses personnages à base de l’étoffe dont sont faits les rêves


 

Patrick Ness, trad. Bruno Krebs – Libération - Gallimard jeunesse – 9782075087896 -   14,90€
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.