Lisière : géographies intimes de l’Europe

Auteur invité - 24.09.2020

Livre - Lisiere Kapka Kassabova - Marchialy Europe Frontieres - Institut Jacques Delors


RÉCIT ETRANGER – En partenariat avec Actualitté, l’Institut Jacques Delors propose de comprendre l’Europe par les livres. Aujourd’hui Lisière, de Kapka Kassabova, récit oscillant entre exploration historique et mythologique et regard critique sur cette Europe des frontières.

 
 
Quand Kapka Kassabova retourne en Bulgarie, son pays natal, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, c'est à la frontière avec la Turquie et la Grèce qu'elle se rend. Une zone inaccessible lorsqu'elle était enfant et que la guerre froide battait son plein, un carrefour qui grouillait de militaires et d'espions, où il ne faisait pas bon s'aventurer. Au gré de son voyage, Kapka Kassabova découvre les lieux qui furent dominés par des forces successives, de l'Empire ottoman au régime soviétique, et baignés de mythes et légendes. Son livre est peuplé de magnifiques portraits de contrebandiers, chasseurs de trésor, botanistes et gardes-frontières, et aussi de femmes et d'hommes qui ont traversé la Turquie à pied depuis la Syrie ou l'Irak. Lisière est à la fois le récit d'une immersion dans les coulisses de l'Histoire, un regard neuf sur la crise migratoire en Europe et une plongée au cœur de géographies intimes.
 

Une narration hybride pour rendre compte de l’histoire complexe d’une des zones les plus méconnue de l’Union européenne.


Récit de voyage aux confins de l'Europe sud-orientale, Kapka Kassabova bouscule les codes du reportage littéraire. Si une carte détaillée en début d'ouvrage permet de suivre précisément les pas de la narratrice aux abords de la Mer Noire, ses pérégrinations s’éloignent de la géographie et empreintent à la poésie et à la mythologie. Histoire du XXe siècle « à visage humain », l’ouvrage est dédié « à celles et ceux qui n’ont pas réussi à passer de l’autre côté, jadis et maintenant » et donne la parole aux héros ordinaires rencontrés de chaque côté des trois frontières, zone qui fut un temps l’une des plus verrouillées d’Europe.

 

Que persiste-t-il de l’Histoire passée, et comment nourrit-elle encore le présent ?


Kapka Kassabova explore des frontières qui connurent la violence et la haine, où ceux qui voulaient fuir étaient exécutés et anéantis. Un retour sur un monde qui n’existe plus mais dont subsistent des décennies d’histoires bien lourdes à porter. La narratrice livre l’histoire des peuples d’abord sous la domination Ottomane puis soviétique. Kapka Kassabova se rappelle en effet qu’aux temps de son enfance, de nombreux touristes est-allemands venaient en villégiature au bord de la mer Noire, puis tentaient de jour et de nuit de passer en Turquie en claquettes et maillot de bain, se faisant parfois foudroyer par les balles des militaires bulgares. Entre 1961 et 1989, 415 touristes étrangers ont ainsi «disparu» dans les limbes, à l’image d’Oprhée qui pénétra un jour dans une grotte percée au flanc des monts Rhodopes pour accéder au royaume des ombres. La narratrice mène son enquête au fil des témoignages.

 

« Une impasse plutôt qu’une frontière » 


A l’image du récit circulaire que livre la narratrice, dont le périple commence dans la Thrace étoilée et s’y achève par un littéral retour aux sources, Kapka Kassabova s’immergeant dans les eaux de la Montagne, l’histoire de cette dernière frontière d’Europe semble être un perpétuel recommencement : aujourd’hui, le flux des passages est inversé. Ce sont maintenant les réfugiés des pays du Sud que l'autrice voit arriver par la Turquie pour atteindre l’Union européenne. Ils sont Syriens, Kurdes, Afghans, Arméniens, Algériens, Marocains. Tous tentent de franchir la forêt et périssent souvent pour échapper aux gardes. Ce territoire aux trois frontières redevient limbes, zone-où-on-vit-pour-l’éternité, à l’image d’Alal, Kurde qui voulait aller en Europe pour que ses filles aillent à l’université et qui se retrouve bloqué là, entre les hôtels casinos et un camp de réfugiés.

 
[Premières pages] Lisière de Kapka Kassabova
 

Lisière, un récit politique qui donner la parole aux oubliés


Des barbelés visant à endiguer le flux migratoire en provenance du Moyen-Orient, l’autrice nous dit : « Déplacements et barricades à l’échelle mondiale, nouvelles formes d’internationalisme et vieux réflexes nationalistes : telle est la maladie systémique qui gangrène notre monde et se propage de périphérie en périphérie, car à l’heure actuelle il n’existe plus un seul endroit retiré. Enfin, jusqu’au jour où vous vous perdez dans la forêt ».

Au départ exploration historique et mythologique des lieux et des souvenirs de son enfance, le récit de Kapka Kassabova jette un regard critique sur l’Europe contemporaine. De reportage littéraire, Lisière se transforme en poème épique que l’autrice dédie à ces « nouveaux fantômes […] qui avaient parcouru les couloirs immuables pour échouer ici, en Thrace, entre trois mers. », afin de faire sortir ces réfugiés des limbes où l’Europe les a plongés.
   



 
Kapka Kassabova, trad. anglais Morgane Saysana – Lisière – Marchialy – 9791095582502 – 22 €


Commentaires
la lisière est une bordure de frontière, un flirt entre le territoire d'avant conquis repris en conflit permanent de séparatismes culturels et économiques ...

il serait intéressant de publier les textes de "Écrire la frontière" rencontre entre doctorants - Maison de la Recherche - AIx-en-Provence

Il se trouve que la Bulgarie est le chemin géopolitique entre Turquie et Biélorussie : une actualité ardente
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.