Lynchage, anonymat : les réseaux sociaux ? Vous étiez avertis...

Anahita Ettehadi - 08.05.2018

Livre - Mathieu Menegaux justice - roman réseaux sociaux - société justice cruauté


Après deux romans remarqués et engagés (Je me suis tue, Point 2017 ; Un fils parfait, Point, 2018), Mathieu Menegaux sonde une nouvelle fois les méandres de la Justice à travers Est-ce ainsi que les hommes jugent ? : l’affaire de Gustavo Santini, un Monsieur Tout-Le-Monde qui se retrouve propulsé sur le banc des accusés.  




 

Gustavo n’a que quatre ans lorsqu’il quitte Buenos Aires, sa ville natale, pour s’installer en France aux côtés de sa mère. Sa vie à Paris se déroule jusque-là sans encombre ; il obtient la nationalité française, valide ses diplômes avec succès, enchaîne les promotions, devient directeur financier. Marié à Sophie et père de deux garçons, Martín et Daniel, Gustavo est le pilier de la famille. Travailleur et bienveillant, son comportement est exemplaire en tout point. 

 

Seulement la veille d’une réunion décisive, la police fait irruption à son domicile : on l’accuse d’enlèvement sur mineur et d’homicide volontaire. Gustavo est pris de court, ne sait comment réagir. Sa maison est saccagée, son intimité éventrée. La perquisition est brutale, pour toute sa famille. Gustavo est dans incompréhension la plus totale. Trois détails déterminants jouent en sa défaveur : une simple veste en jean, une Renault Mégan blanche, et sa couleur de cheveux. Les agents l’emmènent en garde à vue et sa vie entière bascule... 

 

Mathieu Menegaux prouve une troisième fois sa maîtrise de la mise en scène, du détail. Il tisse une histoire saisissante, aux allures de thriller psychologique. Avec un sens aigu de l’analyse, il examine au plus près la personnalité ainsi que le caractère de la victime, du présumé accusé et des forces de l’ordre. Chaque personnage est parfaitement nuancé, tour à tour détestable et attachant. 

 

L’auteur prend également soin de mettre en lumière l’impuissance de la Justice — le peu d’effectifs, de moyens, de temps — et surtout la violence d’une inculpation qui repose sur quelques maigres éléments. Dans une écriture limpide et directe, Mathieu Menegaux parvient à faire germer l’inquiétude, l’empathie, et le doute. Le lecteur tente de rester impartial, mais est dérouté, sonné, jusqu’au dénouement qui, une fois encore, fait l’effet d’un terrible choc. 
 

[Extraits] Est-ce ainsi que les hommes jugent ?
de Mathieu Menegaux
 

 

Est-ce ainsi que les hommes jugent ? dénonce avant tout l’immense pouvoir conféré aux réseaux sociaux, l’anonymat et la vie privée laissant place aux lynchages de masse, gratuits et infondés. L’omniprésence des écrans dans le quotidien de chacun est telle que parfois la justice doit plier face à l’opinion publique, ces internautes devenus les nouveaux rois 2.0.

Ce troisième roman, on ne peut plus d’actualité, résonne comme une mise en garde, un avertissement, pour les années à venir... 
 

 

Mathieu Menegaux – Est-ce ainsi que les hommes jugent ? – 9782246817437 – Grasset – 18 €

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Grasset Et Fasquelle
Genre :
Total pages : 234
Traducteur :
ISBN : 9782246817437

Est-ce ainsi que les hommes jugent ?

de Mathieu Menegaux

Une journée particulière. Gustavo, père de famille, directeur financier, doit effectuer une présentation importante devant l'état-major de sa multinationale. Des mois de préparation, un tournant pour sa carrière. Au lieu de l'heure de gloire espérée, la police faire irruption à son domicile, à l'aube. Perquisition, accusation d'homicide volontaire, indices concordants, Gustavo va être placé en garde à vue et traité sans ménagement.

J'achète ce livre grand format à 18 €