Maestra, thriller vénéneux de L.S. Hilton, à la conquête du monde

Fnac - 30.03.2016

Livre - thriller vénéneux - conquête monde - Grip lit


Le thriller érotique Maestra est le coup de cœur de Maya, libraire sur Fnac.com. Annoncé comme le thriller de 2016, Maestra a accompli un coup de maître : traduction dans 35 langues, une parution simultanée dans 32 pays, et une adaptation hollywoodienne déjà prévue, aux mains de la productrice de Millénium et de la scénariste de La Fille du Train. Comment expliquer le succès immédiat de ce thriller érotique, premier volet d’une trilogie imaginée par l’auteure L.S. Hilton ? 

 

 

 

Judith Rashleigh est une jeune femme séduisante qui mène une double vie à Londres. Le jour, elle est assistante dans un prestigieux hôtel de ventes aux enchères, sous-estimée et exploitée par son patron. La nuit, elle travaille dans un bar à hôtesses un peu miteux, où ses charmes lui rapportent beaucoup d’argent. Ses rares soirées libres, elle s’abandonne au sexe à l’état brut et aux aventures sans lendemain. 

 

Employée trop zélée, elle met à jour une vaste supercherie autour de la vente d’un célèbre tableau. Elle vient de découvrir toute l’étendue de la corruption qui règne dans le marché de l’Art, et se fait licencier avant de pouvoir révéler le scandale. Judith fuit alors vers la Côte d’Azur avec l’un de ses riches clients habitués. Elle profite des décors luxueux de la jet set européenne : yachts, palaces, casinos, et fric à gogo.

 

Grâce à ses atours et son intelligence, elle se fond avec aisance dans la haute sphère, un monde sans éthique dominé par les fortunés, les liens mafieux et les hommes d’affaires manipulateurs. L’ambition la dévore ; les frustrations passées refont surface. Et Judith se révèle moins fragile qu’elle n’y paraît…

 

Les chiffres qui entourent la sortie de Maestra donnent le tournis, mais rien de plus normal pour ce roman à l’intrigue alléchante, tout en accélérations et en ruptures, pimentée par des scènes coquines. L.S. Hilton mène le lecteur là où elle le souhaite, sans y paraître, et détourne au dernier moment des péripéties faussement convenues.

 

 

 

La véritable force de ce polar, c’est son héroïne hors du commun, loin du cliché de la femme fatale. Judith est résolument indépendante, aussi perspicace qu’élégante, et assume ses envies sans détours, puisqu’elle collectionne les amants autant que les vêtements de luxe. Peu sentimentale, elle est prête à tout pour assurer son ascension sociale. 

 

Laissez-vous tenter et entrez dans ce milieu exclusif, où le crime est un art, où raffinement et violence vont de pair, et où seuls importent le glamour et le paraître. Dans Maestra, c’est chacun pour soi. 

 

 

Traduit par Laure Manceau.