Maurice et Mahmoud : vaudevillle à la danoise

Mimiche - 27.12.2013

Livre - humour - Danemark - vaudeville


Conséquence directe de la procédure de divorce engagée par sa femme Cathrin, Maurice squatte, la nuit, ses propres bureaux faute de meilleur endroit pour dormir. Jusqu'au jour où Mahmoud, une sorte de génie de l'informatique qui s'occupe de tout ce qui a trait à cet utilitaire indispensable au fonctionnement de son cabinet de comptabilité, le surprend en pyjama dans leurs locaux et lui propose gentiment de venir loger quelque temps chez lui, dans un appartement qu'il loure dans un quartier de la banlieue de Copenhague.

 

D'abord réticent, Maurice finit cependant par accepter considérant que le confort de cet appartement, sans égaler celui de la maison dont Cathrin lui interdit désormais l'accès, sera sans nul doute, bien supérieur à ce que les toilettes des bureaux peuvent lui offrir.

 

Célibataire, Mahmoud doit cependant faire face à une femme omniprésente dans sa vie : sa mère ! Qui s'interroge tout à coup sur les mœurs de son fils lorsqu'elle découvre cette cohabitation. Possessive et inquisitrice comme toute bonne mère musulmane (ou pas), il ne leur est pas aisé d'arriver à la persuader du caractère exclusivement professionnel de leur relation.

 

Entre deux intrusions maternelles, Mahmoud tente de convaincre Maurice (qui ne veut rien entendre de tel) de se réconcilier avec sa femme.

 

Et, par ailleurs, il lui demande, en quelque sorte, de parrainer la demande en mariage de sa voisine du dessus, invitant chez lui pour un repas de fiançailles, selon les meilleures traditions musulmanes, les parents de la belle que, par un hasard évidemment romanesque, Maurice connaît.

 

Le cadre est dressé pour l'enchaînement des catastrophes !

 

 

 

Selon la meilleure tradition des pièces de boulevard, Flemming JENSEN met progressivement en place tous les ingrédients du qui pro quo, de la romance amoureuse, des scènes vaudevillesques avec un humour décapant, parfois un peu misogyne, souvent mécréant sinon blasphématoire mais toujours drôle.

 

Les portes claquent, les uns entrent, les autre sortent, les uns parlent fort, les autres crient, les réveils appellent à la prière à 4heures 30, la voix sirupeuse de Nat King Cole s'élève des vieux vinyls, les musulmans offrent un rôti de porc à des juifs au cours d'un repas qui aurait dû être de fête, … Bref, il est très clair qu'une adaptation de ce livre au théâtre devrait rencontrer un franc succès tant le scénario est ficelé avec art, tant la drôlerie court sur toutes les pages, tant les piques assassines sont foison et rejettent dos à dos religion et politique, justice et vie de couple.

 

J'ai beaucoup ri à la lecture de ce roman rafraîchissant qui a le mérite de réconcilier les bons et de mettre les méchants au tapis, qui énonce des vérités pas toujours politiquement correctes mais qui, grâce à cette l'amitié et cette tolérance qui enveloppent Maurice et Mahmoud, donne une belle leçon de « vivre ensemble » à tous les insupportables grincheux.