medias

Mirolioubov, de José Parrondo : si Samuel Beckett avait fait des livres jeunesse...

La rédaction - 08.03.2017

Livre - Mirolioubov José Parrondo - Samuel Beckett jeunesse - humour absurde jeunesse


Sans tomber dans la facilité consistant à sortir l’artillerie des grands noms, on peut dire ceci avec une quasi-certitude : si Samuel Beckett avait fait des livres pour les enfants, il se serait appelé José Parrondo.

 

 

 

L’univers de Parrondo est un petit théâtre de l’absurde où évoluent des personnages décalés, ni simplets ni fous, certainement poètes – mais involontairement. Tenez, ce Piotr Obvodni Mirolioubov. C’est un petit bonhomme presque comme les autres qui met son chapeau pour sortir de chez lui, se promène sans savoir où il va, suit une mouche qui passe, saute dans une rivière pour ne pas être mouillé par une averse, bref, une vie simple.

 

Pourtant tout y est à l’envers. Pas un simple retournement de situation, non, mais une manière d’être ouvrant des brèches dans un monde très rangé, formaté et usuel. « Il revient chez lui pour vérifier s’il est bien sorti. Voilà ce que fait Piotr Obvodni Mirolioubov ! Piotr Obvodni Mirolioubov se retrouve dans le salon. – J’en étais sûr – Je suis toujours dedans ! Allez, on sort ! »

 

C’est un drôle de coco. Bizarre, sans doute, mais de manière imprévisible. Voilà le génie de José Parrondo : comme les situations dans lesquelles se trouve Mirolioubov sont simples et quotidiennes, le tout petit décalage qu’il y injecte projette le lecteur dans des abîmes vertigineux.

 

L’étrangeté est juste à côté, à quelques millimètres du normal et du banal, et cette infime nuance est bien plus fantastique que mille sorciers à chapeaux. Et la drôlerie qui se loge dans ce petit, tout petit espace entre le banal et l’absurde est tonitruante !

 

Et le meilleur : on peut lire et relire encore Mirolioubov, dix, vingt fois de suite, l’absurdité est toujours aussi absurde et la drôlerie aussi drôle ! Il est vraiment très fort, José Parrondo !

 

Pour le plaisir des yeux, on se délectera de la richesse de son travail graphique. En changeant constamment de technique, Parrondo fait de son parti-pris minimaliste une source intarissable de finesse et de beauté, renouvelant à chaque livre l’alchimie fragile qui transforme la simplicité apparente en arme de poésie massive.

 

Faisons lire les livres de José Parrondo à nos enfants, pour que le monde soit moins incompréhensible et beaucoup plus absurde !

 

Philippe Marczewski,

Livre aux Trésors (Liège)

 

 

en partenariat avec le réseau Initiales