Monsieur Calvino, Gonçalo M. Tavares

Clément Solym - 24.11.2009

Livre - monsieur - calvino - Goncalo


Les aventures de Monsieur Calvino ne se racontent pas : elles se rêvent. Ressemblant à des légendes qui auraient fait sourire les surréalistes, touchantes de poésie ou d’innocence, elles virevoltent dans une improbable féerie. Elles commencent dans la rue, devant sa bibliothèque, au détour d’une pensée, et soudain, voilà qu’avec une imagination riche, Tavares nous embarque pour un ailleurs. Une vie dans laquelle Monsieur Calvino n’a pas les mêmes références que nous. Pas les mêmes habitudes non plus.

Rares sont les personnes qui aujourd’hui tournent les pages d’un livre pour que, chaque jour, les pages en prennent le soleil. Parce qu’il est tout naturel que ce dernier ait envie comme d’autres de lire des histoires, et qu’à s’user sur les couvertures, il serait méchant de le priver de belles histoires.

Ou qui tiennent « un ballon bien gonflé » à la main, pour matérialiser le vide de l’air, et choisissent avec soin sa couleur, pour que l’insignifiant soit soudain significatif. Monsieur Calvino est tout à la fois un grand rêveur et un fameux poète. Plus rares encore, ceux sautent par la fenêtres, après qu’on a jeté chaussures et cravates, pour d’une part s’en vêtir et surtout arriver dans la rue convenablement habillé.

Et Tavares un grand enfant, qui avec ce livre poursuit la tournée de son quartier, O Bairro, qu’il a lui-même peuplé de personnages fantastiques, dotés de noms d’artistes célèbres. C’est un endroit semblable au village d’Astérix « où l’on tente de résister à l’entrée de la barbarie ». On y côtoie Valery, Balzac, Caroll ou Rimbaud et d’autres encore. Pour l’heure, les éditions Viviane Hamy en ont publié deux autres, tout aussi attachants. Et fort bien traduit par Dominique Nédellec.

Un plaisir que l’on se ne refusera pas, alimenté par une écriture vive et légère.

 

Retrouvez Monsieur Calvino, Gonçalo M. Tavares en librairie