Moon Brothers : “C’est l’espoir qui tue à la fin”

Fasseur Barbara - 19.09.2019

Livre - Monn Brothers - Sarah Crossan Rageot - rentree litteraire 2019


ROMAN YOUNG ADULT - Nouvel opus de Sarah Crossan, Moon Brothers embarque le lecteur dans les failles d’un système judiciaire américain à la dérive. Après avoir traité de la gémellité et de la maladie dans Inséparable, du harcèlement et de l’immigration dans Swimming Pool,  Sarah Crossan revient chez Rageot avec un nouveau roman en vers libres. Sa prose envoûtante nous embarque cette fois-ci dans le couloir de la mort, le long duquel Joe, 17 ans, se fait un devoir d’accompagner son grand frère, Ed. Si tout le monde part autour du jeune adolescent, il se fera phare et restera debout, envers et contre tous.
 


De 7 à 17 ans, Joe ne connaît Ed, son grand frère, que par l’intermédiaire des coups de téléphone qui mettent des bleus, qui tuent la famille à petit feu, comme des balles. Ed est parti, Ed s’est sauvé, Ed a volé, Ed s’est fait arrêter. Jusqu’à l’appel de trop, celui qui annonce son rendez-vous avec la mort. Tout s’effondre alors autour du combiné vert, Ed a déconné dans le mauvais Etat, il est maintenant coincé dans le mauvais couloir, celui sans lumière au bout. On bascule avec lui et sa famille de l’autre côté, celui des condamnés.
 
Dans une famille à la dérive qui cultive son « chaos ordinaire », Joe, plus tout à fait enfant, mais pas encore adulte, décide alors de tout quitter pour accompagner celui qui les a abandonnés 10 ans plus tôt. Le jeune adulte doit faire des choix qui ne devraient pas lui revenir en décidant d’accompagner sa famille dans des épreuves qui ne sont pas les siennes. Mais qu’importe la culpabilité, à vrai dire on ne sait pas vraiment pourquoi ou comment Ed a atterri en prison si ce n’est par les aveux à mi-mots qu’il sème et que Joe récolte entre le mépris des autres et le silence des siens.
 
Dans un système judiciaire et carcéral qui ne semble faire sens pour personne, pas même ses propres acteurs, appel après appel, les chances d’en réchapper s’amenuisent. Ici, seules les victimes ont une voix, seuls les morts sont entendus et il leur faut un coupable. Qu’importe la vérité, sur fond d’aveux extorqués, Ed sera exécuté. « Mais une autopsie ne révélera jamais la vérité : la mort de mon frère c’était un meurtre ». Et pourtant dans toute cette violence et cette colère, l’amour renaît et rassemble. Aux portes de la mort, les choses changent et les perspectives avec, ce qui est pardonnable et ce qui ne l’est pas aussi.
 
Sarah Crossan prête sa plume, sa prose à ceux qui ne savent la manier pour décrire la douleur toute crue, la culpabilité, le pardon quand on doit dire au revoir à celui ne devrait mourir. La pression poétique se fait crescendo dans cette tragédie adulescente qui se déroule sous nos yeux impuissants, vers après vers, page après page, implacable. La force de l’impuissance de Joe, le contraste entre l’insouciance encore tout enfantine du jeune homme, l’innocence dans tous les sens du terme et la tragédie de la condamnation, de la mort.
 
« Je veux avoir dix-sept ans, pas ces obligations d’adulte, raisonnable et austère ». Joe essaie de vivre malgré tout, malgré tous. Malgré les pressions de l’adolescence dans le secret de la mort à venir, il essaie de se construire un après. Mais avant, il accepte de « gâcher » un peu de sa vie, de la mettre entre parenthèses avant de voir celle de son frère se terminer. Le voilà pour quelques mois, à des centaines de kilomètres de chez lui à jongler entre la vie d’un ado, les souvenirs d’un enfant et les responsabilités et choix d’un adulte.
 
On le savait déjà, Sarah Crossan n’a pas peur d’aborder des sujets difficiles, mais ici, c’est différent. Le travail de recherche sur le milieu carcéral et ses procédures se ressent, la colère aussi. Ici, l’auteur revendique, veut ouvrir les yeux et pour cela s’élance avec justesse et en vers libres dans ces espaces laissés vides de la littérature Young Adult.

En plus de dépeindre avec justesse toute la complexité, le funambulisme de la construction personnelle et du passage à l’âge adulte, Sarah Crossan mène une véritable réflexion sur l’innocence, l’amour fraternel et le pardon, mais aussi sur la valeur qui est accordée à une vie.
 
Sarah Crossan, trad. Clémentine Beauvais — Moon Brothers — Rageot — 9782700273687 - 15,90 €
 
 
Dossier - Rentrée littéraire 2019 : une cuvée de 524 romans à découvrir 
 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Rageot
Genre : romans & contes
Total pages : 374
Traducteur :
ISBN : 9782700273687

Moon brothers

de Crossan, Sarah

Joe Moon a dix-sept ans. Il vient de quitter New York pour aller vivre un temps au Texas. Son frère aîné, Ed, est en prison là-bas. Jugé coupable du meurtre d'un policier, il attend son exécution dans le couloir de la mort. Or, la date approche. Alors Joe veut être là, aider son frère à affronter ces dernières semaines. Car sinon, Ed sera tout seul. Mais voilà qu'un nouvel avocat reprend la défense du condamné... et il a l'air d'y croire. Joe osera-t-il espérer encore ? 

J'achète ce livre grand format à 15.90 €