Morts, de Philippe Tessier : sans eau, que d'os !

Nicolas Gary - 25.04.2019

Livre - squelettes morts vivants - Philippe Tessier - mort humains communauté


IMAGINAIRE – Se réveiller de sa mort n’a rien d’usuel. L’expression même nous plongerait dans des abîmes de perplexité — même à considérer que la Mort est la sœur du Sommeil, suivant la mythologie grecque. Pourtant, Joseph était bien mort. Factuellement décédé. C’est donc à sa grande stupeur qui s’est (r)éveillé de sa mort, indéniablement.


 

Pour un garçon qui a découvert la lecture avec un comic Strange que sa grand-mère lui offrit vers l’âge de 5 ans, on peut trouver que Philippe Tessier n’a somme toute pas trop mal fini. Non seulement il écrit des jeux de rôles, mais il fait aussi des romans. Dans le domaine de l’imaginaire. Morts, son dernier livre, met en scène une armée — pas vraiment dans le sens militaire, plutôt numéraire — de squelettes, qui se sont réveillés de leur mort tout pareillement à Joseph.

La première question ne fut alors pas : à quelle heure mange-t-on, mais bien plutôt pourquoi ? Et surtout, que faire ? Les morts redevenus vivants, bien que n’ayant plus un organe vaillant, se sont regroupés en communauté, avec un objectif précis : remonter à la surface pour aller à la rencontre des humains bien vivants, eux. Sauf qu’une horde de squelettes, pas forcément bien blanchie, qui sort de terre, ça attirerait plus facilement les coups de carabines que les tendres embrassades.

Il fallait pour ce faire un être qui ait encore une apparence humaine. Un embaumé de la meilleure espèce. Et Joseph arriva : comme l'écrivit Flaubert quelque part, « ce fut comme une apparition ». 

Philippe Tessier le disait très simplement, lors d’une rencontre chez Babelio : « Ce livre parle de notre monde. La mort, c’est une obsession universelle, et plus encore à mesure que moi-même je vieillis. La mortalité, ça travaille, sans forcément traumatiser, mais ça travaille. »   

C’est ainsi que Jospeh va faire connaissance avec un certain Sigmund F. ou encore un Winston C. ou Charles, le grand Charles. Autant de figures historiques mortes, pas toujours aisément identifiables, mais unies autour d’une grande mission : renouer avec leurs semblables de chair. Et là, rien ne va fonctionner comme on l’aurait espéré. 

Surtout qu’entre temps La Mort, la vraie, le concept, va entrer en jeu, et apporter son petit grain de sel. Nous avions dernièrement publié un entretien avec La Mort, mené par un certain Terry P., pour détailler son rôle. « Le côté Pratchett, ces mondes un peu excentriques, c’est totalement assumé », indique Philippe Tessier. « Il y a dans ce roman un faisceau de référence : Walking Dead, 2001 Odyssée de l’espace, Soleil Vert et bien d’autres. »
 
Philippe Tessier
Philippe Tessier - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Parce qu’on entre dans un modèle parodique — qui aboutira même à la création d’un multivers ! – où le mort-vivant devient non seulement très sympathique, mais presque bon vivant, le livre échappe à toute tentative de classification. Oui, il y a quelques extraterrestres, assez logiquement, mais le ramener à de la science-fiction pour autant serait réducteur.

Morts est avant tout drôle, agrémenté de citations de ces cadavres illustres et d’une quête assez loufoque. Tout est déjà signifié avec la couverture réalisée par Fabrice Angleraud, l’un des dessinateurs des Chroniques de la Lune noire. « La Mort qui joue au golf, avec sa faux dans le caddie, c’est une scène tirée du livre. Avec sa dent en or, la scène figure bien le ton du livre. »
 
De fait, cette séquence avait donné lieu à une réflexion : « Je voulais que Joseph et La Mort puissent se rencontrer pour un échange. Au début, j’avais envisagé un passage très bucolique, avec La Mort en train de pêcher — mais j’ai trouvé que le terrain de golf était nettement plus amusant », explique l’auteur. 

De l’humour, du second degré, un peu d’acidité, mais sans aucune méchanceté, voilà bien un ouvrage qui mérite le détour. Et qu’on s’y arrête, pour savourer les pérégrinations de nos squelettes bourrés d’inventivité. Hommage assumé, pleinement, aux univers fantastiques, roman fantasque et détonnant, Morts est une évidence. Autant que la mort peut l’être.

Philippe Tessier – Morts – Leha – 9791097270339 – 19 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Leha
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9791097270339

Morts

de Philippe Tessier

Alors qu'il venait de mourir, Joseph se réveilla... Imaginez son étonnement en reprenant conscience sous le regard passablement vide de squelettes aux orbites creuses l'invitant à les suivre. C'est le début d'une aventure improbable où il est question de trépas, d'ossements et de poussière... beaucoup de poussière. Joseph est confronté à des questions existentielles dont la plus ardue est certainement de savoir s'il est vivant ou mort. Et que dire des singuliers personnages qu'il va rencontrer ? Sont-ils aussi trépassés que lui ou le fruit d'un délire psychédélique ? D'une pitoyable expérience de mort imminente ? Ou tout simplement d'une indigestion de champignon ? La fréquentation de cette galerie d'individus aussi célèbres que décédés, aux opinions très tranchées sur notre société, va amener Joseph à se poser une question fondamentale : mais où diable est passée la Vie ?

J'achète ce livre grand format à 19 €