Morts pour la France en 14-18 : de si vivants fantômes

Auteur invité - 21.02.2018

Livre - Fantômes Grande Guerre - Christelle Courau-Poignant - Première Guerre mondiale


« Ils entrèrent en catimini dans le parc du château. Ce n’était pas qu’ils appréhendassent d’être surpris, peu de gens passaient sur cette petite route à l’heure du déjeuner, et puis le délit n’était pas bien grand. Certes, la grille était fermée, mais cette grille monumentale ne servait à rien, tout autour du domaine les murs de pierre étaient écroulés, on entrait donc plus comme dans un moulin que comme dans un château, leur avait dit leur copain en rigolant. » 



 
 

Ainsi commencent les quatorze textes réunis dans l’ouvrage : un prélude nous prépare à une rencontre, une découverte. Dans Le Bouledogue c’est la tête en bronze d’un chien qui va guider le lecteur vers des soldats s’abreuvant à une fontaine. Le Tableau, Le Garde Forestier, La Borne, Le Fossoyeur, Le Gisant, l’Obus...

Autant d’invitations à retrouver la Grande Guerre sous ses multiples facettes : la mobilisation et le départ en train, la vie souterraine, la nature dévastée, l’enterrement des ennemis... À partir d’un élément réel (un tableau dans une gare, un arbre abîmé, une photo, un bois, la projection d’un film...), l’auteur a imaginé une « nouvelle historique » à laquelle elle donne des prolongements historiques courts et pertinents.

D’un côté, un récit élégant et appliqué, aux élans compréhensifs, mené entre découverte et compassion, qui fait le va-et-vient entre aujourd’hui et il y a cent ans. De l’autre, des notations concrètes sur le tabac, les plaques d’identité, les croix noires, les bandes molletières... 
 

Après le déluge de publications que nous a valu le centenaire, voici un livre composé avec soin et bien illustré, dont l’ancrage territorial (l’Aisne) fait la force. Ainsi les fantômes sont-ils, au bout du compte, bien moins fantomatiques et rendus à leur humanité. Sinon, le gamin n’aurait pas « délaissé les conversations des copains pour croiser de son regard songeur le regard éteint des Morts pour la France », ne serait-ce qu’un instant. 
 

Bruno Vouters 

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais

 

 

Christelle Courau-Poignant – Fantômes de la Grande Guerre – Editions Cours Toujours – 9 782 954 636 276 – 20 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.