Mystères engloutis d'Égypte : Osiris, dieu de la renaissance

Audrey Le Roy - 21.12.2015

Livre - Egypte Osiris - légendes dieux


La civilisation égyptienne est certainement une des civilisations anciennes qui fascine le plus. Les pyramides, les hiéroglyphes, les divinités, les sarcophages, les momies, les fouilles maudites, le masque de Toutankhamon, Ramsès II et Moïse, Cléopâtre, César, Marc-Antoine… De nombreux films, pièces de théâtre, ballets et opéras y trouvent l’inspiration. 

 

 

 

« Ô Égypte !
Ô Égypte !
Il ne restera de ta pensée que des mythes qui paraîtront incroyables à tes successeurs. »

(Pseudo-Apulée, Asclépius, 24)

 

Une des légendes les plus exploitées est celle d’Osiris. Il faut dire que tout est présent pour une intrigue digne d’Hollywood. Fratricide, amour, résurrection, vengeance. Osiris (dieu de la fertilité et de l’abondance végétale) à un frère Seth (dieu des orages), ils vont se partager le royaume de leur père Geb (dieu de la terre). Osiris va hériter des terres fertiles du delta du Nil alors que Seth, lui, héritera des terres arides. Il y a de quoi être jaloux. Osiris est marié à sa sœur, Isis (mère protectrice des pharaons), celle-ci couve son royal époux d’attentions constantes qui empêchent Seth d’attaquer frontalement son rival. Il va donc ruser pour s’en débarrasser.

 

Il fera construire un coffre somptueux aux dimensions de son frère. Lors d’une réception, il propose aux convives de s’y allonger, celui qui y entrera parfaitement le gagnera. Tout le monde essaie, mais il ne convient à personne et pour cause. Arrive le tour d’Osiris. Il s’y installe, ce qui est en fait un sarcophage lui correspond parfaitement. Il n’aura plus l’occasion d’en sortir. Les convives, complices de la cabale, l’enferment dedans et le balancent dans le Nil.


 Isis réussit cependant à récupérer le coffre et le cacha, mais Seth le retrouva par hasard et prit la résolution de découper le corps d’Osiris en quatorze morceaux (ou quarante-deux, suivant les sources) qu’il envoya aux quatre coins du pays. 


Commence alors la quête de la femme amoureuse qui va lentement mais sûrement retrouver les morceaux de son mari et reformer le corps. Seul manque le phallus « mais Isis le remplaça par un simulacre et consacra le phallus, dont les Égyptiens, de nos jours encore, célèbrent la fête. » De cette union posthume naîtra Horus, qui ira se venger de Seth lors d’un combat acharné.

 

De fait, Osiris devient le dieu de la renaissance, il « triomphait ainsi de la mort et apportait à l’humanité la promesse d’une survie éternelle. » Plus simplement, Osiris était derrière tout ce qui naissait que cela concerne les hommes ou la nature et Seth était lié à tout ce qui apportait malheur, destruction et mort. 

 

Dès lors, tous les ans, au mois de Khoiak (quatrième mois) a lieu une cérémonie dite des Mystères d’Osiris qui a pour but de célébrer la renaissance d’Osiris, mais aussi de toutes choses. Rituel dont l’existence est avérée, mais dont les écrits ne nous informent guère. Hérodote, lui-même, qui pourtant y assista, nous en dit très peu. « Évoquant les “représentations mimées de la passion du dieu ‘sur le lac sacré du temple de Saïs, Hérodote conclut : ‘J’en sais davantage sur le détail de ces spectacles, mais taisons-nous pieusement. “. »

 

 

 

Les Éditions Flammarion, en partenariat avec l’Institut du Monde Arabe, publient Osiris. Mystères engloutis d’Égypte. La baie d’Aboukir… Nous sommes presque tentés de dire qu’avant d’être un lieu en Égypte, Aboukir est surtout synonyme de défaite napoléonienne. En effet, c’est là que le 1er août 1798, l’amiral anglais Nelson fit subir un cuisant revers à la marine française.

 

En 1990, une équipe de recherche se lance dans le repérage puis la fouille de L’Orient, magnifique navire français de 118 canons et donc coulé aux débuts de l’expédition d’Égypte par la flotte britannique. Ce qu’ils vont y trouver dépassera de loin leurs espérances. Les travaux qui commencèrent, dès 1997 et dirigés par l’Institut européen d’archéologie sous-marine (IEASM), permirent d’y découvrir qu’« un vaste triangle de terre de 10 km de hauteur et de 10 km de base (entre l’îlot de Dissouky, Aboukir et le port d’El-Maadiya) avait été définitivement submergé par les flots au VIIIe siècle à la suite d’événements sismiques, hydrographiques, géologiques. L’érosion naturelle et le recouvrement par d’importants dépôts finirent de dérober au regard des hommes seize siècles de civilisation, de la Basse Époque pharaonique à la conquête arabe de l’Égypte ».

 

Ce livre vous entraîne à la découverte des Mystères engloutis d’Égypte. Pour compléter votre lecture, n’oubliez pas d’aller visiter l’exposition Osiris, mystères engloutis d’Égypte à l’Institut du Monde Arabe, jusqu’au 31 janvier 2016. 


Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre : art et civilisation
Total pages : 250
Traducteur :
ISBN : 9782081366640

Osiris, mystères engloutis d'Egypte

de Collectif

Venez plonger au coeur de l'insondable civilisation égyptienne et de ses rites, et dans l'univers fascinant des fouilles sous-marines. Avec ses 200 illustrations, dont les photos inédites des fouilles menées par l'équipe de Franck Goddio à l'IEASM, et les images d'une centaine d'objets dont des pièces rares encore jamais vues du grand public, le texte nous transporte au temps des pharaons, et nous fait revivre des épisodes de la cérémonie initiatique de 21 jours dédiée à la légendaire triade Osiris- Isis-Horus. D'Héracléion à Canope, l'ouvrage nous guide ainsi sur les chemins secrets qui menaient les divinités à l'au-delà. Depuis la naissance du mythe des Mystères d'Osiris jusqu'à sa postérité, en passant par les objets sacrés, les lieux de culte et les figures incontournables du panthéon égyptien, ce livre prolonge et enrichit l'exposition événement qui se tiendra à l'Institut du Monde Arabe à Paris du 8 septembre 2015 au 8 mars 2016.

J'achète ce livre grand format à 25 €