Nanotoxiques, une enquête : quand l'invisible éprouve la santé humaine

Mimiche - 08.04.2015

Livre - nanotechnologie - recherche scientifique - société


Toutes les mesures que nous utilisons font appel à des préfixes qui permettent de mieux apprécier l'échelle des éléments mesurés. Il en est ainsi de l'énergie (le Watt dont, parmi les multiples, le MégaWatt – un million de Watt – est largement répandu pour définir la puissance des installations de production électrique), du poids (le gramme – g – dont les sous-multiples, le milligramme – un millième de gramme, mg – permet d'afficher le dosage de certains médicaments), ou de la distance (le mètre – m – dont le centimètre – un centième de mètre cm – permet d'annoncer aux parents la taille du bébé qui vient de naître).

 

Le préfixe « nano » est moins fréquent. Pas facile d'imaginer ce que peut bien représenter une nanoseconde (ns : un milliardième de seconde) ou un nanomètre (nm : un milliardième de mètre ou un millionième de millimètre) : c'est très petit.

 

L'échelle du rayon atomique se situe juste au-dessous : l'Ångström ou un dixième de nanomètre.

 

Les nanotechnologies concernent la fabrication et l'utilisation de particules nanométriques : par convention, ce sont des particules comprises entre 1 et 100 nm. En comparaison, une cellule animale a une taille d'environ 20 micromètre, soit 20.000 nm. Le noyau de la cellule qui contient notre ADN, notre code génétique, mesure environ 5 micromètre, soit 5.000 nm. Le virus de la grippe, lui, a une taille de l'ordre de 100 nm.

 

Les nanotechnologies sont donc le domaine de l'extrêmement petit.

 

L'histoire des nanotechnologies débute dans la deuxième moitié du vingtième siècle. Manipuler les atomes commençait à devenir un rêve scientifique à portée de la main : les empiler comme des éléments de Lego®, a commencé à faire rêver par les propriétés eaires que pouvaient alors atteindre ces nouvelles constructions.xtraordin

 

Des applications de toutes natures allaient rapidement se dessiner qui vont tout aussi rapidement faire apparaitre des $ dans les yeux de tous les Picsou industriels de la Terre.

 

Cédant à un lobbying forcené, les états se sont lancés dans le subventionnement de nombreuses recherches lancées par les industries de l'armement, de la pharmacie, … qui n'ont pas manqué de mettre en avant les retombées mirifiques de ces technologies pour l'Humanité toute entière.

 

Assez rapidement, ont aussi été évoqués, avec beaucoup moins d'échos dans les rangs de nos politiques totalement sourds à ces contre-arguments, des questionnements, quant aux risques associés à ces nouvelles particules capables de traverser la barrière cellulaire.

 

D'un côté la promesse de technologies aptes à porte jusque dans les cellules malade, la molécule de médicament pour soigner.

 

De l'autre, l'interrogation sur le devenir d'une particule persistante au devenir et aux effets secondaires inconnus.

 

C'est cette histoire que nous raconte Roger LENGLET dans son livre qui commence avec un rappel historique et se termine par un plaidoyer.

 

Difficile de voir dans cet ouvrage une véritable instruction à charge et à décharge. Il est clair que le parti pris de Roger LENGLET est très prompt à transpirer de sa présentation.

 

Ceci peut évidemment gêner voire agacer sinon être contre-productif vis-à-vis de l'objectif recherché.

 

Ceci étant, quand on fait le parallèle avec l'amiante, il est assez difficile de ne pas lui accorder quelque attention.

 

De même, quand on imagine tout ce que les lobbyistes sont capables de mener comme travail de sape vis-à-vis de l'application du principe de précaution introduit par J. Chirac dans la Constitution (on ne peut pas dire qu'il soit un grand copain à moi mais on ne peut que lui être reconnaissant, à titre personnel, de n'avoir pas faibli sur ce sujet), on a du mal à rejeter en bloc la présentation sous prisme déformant entreprise par ce bouquin.

 

Seulement dix pour cent de ses allégations seraient avérées qu'il y aurait lieu d'être inquiet.

 

En tous cas, il est nécessaire de lire ce livre pour ouvrir les yeux sur ce qui pourrait bien être le prochain scandale humanitaire à l'échelle mondiale. Bien au-delà du sang contaminé.

 

Et consultez, en parallèle, le site internet http://veillenanos.fr/ sur lequel l'Association AVICENN met à disposition le suivi de ses actions de « Veille et d'Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies ».