Né un mardi : enfance au Nigeria

Cécile Pellerin - 02.02.2018

Livre - Nigeria - roman d'apprentissage - Islam


Initiatique et agité, expressif et plein de vie, le premier roman du Nigérian Elnathan John (traduit par Céline Schwaller) est une évasion, un choc émotionnel. Son rythme trépidant, sa proximité désarmante, sa tonalité sincère et légère contrebalancent avec éclat la cruauté des événements racontés et révèlent un pays peu connu, délivrent une ambiance palpitante, immédiatement saisissable, sensitive et redoutable. Pénétrante et durable.
 

A travers la voix de Dantala (en haoussa signifie né un mardi), jeune garçon des rues de Bayan Layi, recueilli à Sokoto dans une mosquée par l’imam modéré Sheikh Jamal, c’est le récit de quelques années d’existence et d’épreuves qui défilent sous les yeux du lecteur, intenses et brutales, inadaptées à l’enfance mais préservées de toute représentation insoutenable.
 


 

Animé par une grâce et une tendresse spontanées, révélé à travers une écriture immédiate, empreinte d’un métissage linguistique agréable et enchanteur, intensifié par la concentration des drames, le roman happe et désarme, dépayse et bouleverse. Etonne et cogne.
 

“On n’est pas méchants. Quand on se bat, c’est parce qu’on n’a pas le choix. Quand on cambriole des petits magasins à Sabon Gari, c’est parce qu’on a faim, et quand quelqu’un meurt, eh bien, c’est la volonté d’Allah.”
 

Emporté par la sauvagerie des adultes et galvanisé par la bande, sous l’emprise régulière de wee-wee, Dantala, frappe et pille, aime les objets tranchants, aime voir le sang  de ses victimes gicler mais il n’est pas un monstre car ce qui arrive n’est pas sa volonté. “C’est Allah qui choisit ceux qui vivent et ceux qui meurent. Pas moi. Pas nous”.
 

Poursuivi par la police après de violentes émeutes, le jeune garçon s’abrite dans une mosquée dirigée par Sheikh Jamal. Eloigné de sa mère devenue folle, de ses frères aînés, partis du village, il décide de rester à Sokoto. Sous la protection bienveillante de l’imam, il s’instruit davantage, apprend l’anglais, découvre un Islam  bienveillant, se lie d’amitié avec Jibril, le frère de Malam Abdul-Nur, un autre imam, plus radical, extrémiste et corrompu.
 

A travers l’apprentissage du Coran, des langues et des livres, aux côtés de son ami, il développe sa pensée, éprouve la vie différemment, rejette la violence qu’il a pratiquée, connaît l’apaisement, découvre les premiers émois amoureux et grandit, comme il peut, dans un pays chaotique, où la pauvreté et l’ignorance érigent un intégrisme religieux redoutable, intensifient l’instabilité, la terreur et les révoltes mais ne parviennent pas à museler son ardeur à vivre et son courage pour devenir un homme respectable. “Mon corps plein de douleur, ma tête pleine de confusion, mon cœur plein de peur.”
 

Précis à rendre compte de l’ambiance des villes, du quotidien des rues, (le livre fourmille de détails visuels et de belles images), explicite à révéler la corruption,  les dérives religieuses entre Sunnites et Chiites et les conflits politiques qui gangrènent la société, exacerbent les violences entre communautés, Elnathan John, éclaire sur le nord du Nigeria avec passion et réalisme.
 

Et finalement, au-delà des violences, de la pauvreté et de la noirceur des événements que ce livre évoque, ce qu’il reste par-dessus tout, à travers la profondeur et la sensibilité de son personnage, c’est une chaleur immense, une lumière vive et un espoir véritable.

Elnathan John - Né un mardi – Métailié – 9791022607278 -  272 pages – 18 euros


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Metailie
Genre :
Total pages : 272
Traducteur :
ISBN : 9791022607278

Né un mardi

de Elnathan John

Dantala vit dans la rue avec les voyous de Bayan Layi, fume la wee-wee sous le baobab, fait le coup de poing pour le Petit Parti. Souvent, les bagarres tournent mal mais, comme on dit, tout ce qui arrive est la volonté d'Allah. Un soir d'émeutes, pris en chasse par la police, il doit s'enfuir. Sans famille, il trouve refuge à Sokoto auprès d'un imam salafiste. Il apprend l'anglais avec son ami Jibril, tombe amoureux, psalmodie l'appel à la prière, lit tout ce qu'il peut. Le gamin naïf mais curieux découvre l'étendue de ses contradictions et la liberté de la pensée, et gagne sa place et son nom dans un monde chaotique et violent. Alors que les tensions entre communautés ne cessent de croître, un imam irascible fait sécession et part à la campagne fonder une secte extrémiste. Loin de l'exotisme et du tiers-mondisme bien-pensant, Elnathan John nous emmène dans une région dont on ignore presque tout : harmattan, poussière des routes, vendeurs de koko, et le goût du dernier morceau de canne à sucre – le meilleur. On brandit des machettes, on assiste à des matchs de lutte, on prend toutes sortes de transports, on marche, on court, on aime, on est Dantala de bout en bout, passionnément. Un formidable roman d'apprentissage, sensible et poignant, dont on sort complètement retourné.

J'achète ce livre grand format à 18 €

J'achète ce livre numérique à 18.00...77105076.................09........1......