Nitro mountain de Lee Clay Johnson : tristes Appalaches

Mimiche - 08.01.2018

Livre - Nitro mountain Johnson - Lee Clay Johnson - Appalaches pauvreté population


Léon est encore bien entiché de Jennifer. Mais elle, elle est déjà passée à autre chose, car cela fait déjà un bon moment que leur relation est sur la mauvaise pente. Et seul Léon y trouve finalement à redire. Ceci étant, c’est vrai qu’avec sa guitare et ses maigres cachets épars dans des bars plus glauques les uns que les autres, Léon n’a pas les moyens de faire rêver Jennifer.




 

Qui, de toute façon, a plutôt tendance à chercher les emmerdes en se fourrant toujours entre les pattes de mecs qui assènent les caresses à poing fermé, entre deux shoots ou au paroxysme de nuits trop arrosées.

 

Parce que tous ces mecs et ces nanas, même s’ils n’ont pas un rond, trouvent toujours le moyen de se payer une bière voire de fabriquer quelque chose de plus fort ! Certainement pour oublier tout ce que la vie vécue jusqu’alors a su leur donner avec un amour (très) vache !

 

Mais quand cela tourne trop mal avec son nouveau copain Arnett, Jennifer n’hésite pas à faire appel à Léon qui est loin d’être de la trempe du sociopathe violent et largement tracassé avec lequel elle partage une baraque impossible au fin fond du bout d’un trou perdu d’une ancienne région minière désertée, abaissée à la plus extrême pauvreté, où semble ne plus exister qu’un ramassis de paumés, de soûlards, de chômeurs et de détraqués.

 

Au-delà du roman extrêmement noir et violent que nous livre Lee Clay Johnson, c’est dans une drôle d’Amérique qu’il nous plonge. Bien loin des néons et des lumières des grandes villes (qui ne sont pas pour autant exemptes de toutes les vicissitudes que la petite ville de Bordon dans les Appalaches est capable de révéler…), c’est dans une région sinistrée Qu4il situe son roman dans lequel se démènent des gens aux aussi totalement sinistrés.

 

Personnellement je n’ai pas particulièrement goûté cette sorte de jubilation dans laquelle il se complaît pour faire de son sociopathe meurtrier, violent et aux neurones ravagés tant par l’alcool que par les drogues, un modèle grand format du genre.

 

Pas sûr que le roman se serait moins bien tenu avec une dose de violence en moins.

 

En tous cas, s’il a cherché à pousser le bouchon loin, il ne m’a pas passionné et, s’il a seulement joué dans le quotidien profond et réaliste, il m’a définitivement convaincu qu’il y a un soubassement détraqué chez nos petits amis d’outre-Atlantique.

 

[Extraits] Nitro mountain de Lee Clay Johnson 
 

Pas étonnant avec ça qu’ils élisent un Donald Trump à leur tête. Pas étonnant que des malades jouent à faire des cartons depuis la fenêtre d’un hôtel. Pas étonnant que leur racisme soit encore en phase zéro de remise en question ? Pas étonnant que des vendeurs d’armes s’opposent à leur régulation. Etc. Etc. Etc.

 

Serais-je assez naïf de ne pas voir une telle société de ce côté-ci de l’Atlantique ? Serais-je un nanti d’y échapper si elle est proche de nous, mais assez éloignée pour en être préservé ?

 

Une chose est sûre, ce n’est pas vers cette littérature (car cela reste bien écrit, bien travaillé au fil des chapitres) que je cherche mon plaisir de lecture.
 

 

Lee Clay Johnson, trad. Nicolas Richard – Nitro mountain – Editions Fayard – 9782213701400 – 20,90 € 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Fayard
Genre :
Total pages : 292
Traducteur : nicolas richard
ISBN : 9782213701400

Nitro Mountain

de Lee Clay Johnson

Dans une ancienne région minière des Appalaches ravagée par la pauvreté, l’ombre de Nitro Mountain s’étend sur la cohorte de laissés pour compte, junkies, piliers de comptoir, vauriens et marginaux sublimes qui y vivent. Jones, un musicien bluegrass qui se donne avec son groupe dans des bars glauques, prend sous son aile Leon, un jeune homme paumé qui ne se remet pas de sa rupture avec la séduisante, torturée et bouleversante Jennifer. Celle-ci a eu la mauvaise idée de tomber sous la coupe d’Arnett, un truand psychopathe aussi terrifiant que fascinant, reconnaissable au tatouage Daffy Duck qu’il porte au cou. Quand Turner, ex-flic cinglé à la gâchette facile qui a troqué son arme de service pour une arbalète, se met en tête d’arrêter Arnett, suspecté de meurtre, afin de regagner son insigne, les choses ont déjà commencé à tourner à l’aigre.Un roman noir pénétrant, des personnages tordus, désespérés, et diablement attachants : Lee Clay Johnson fait une entrée fracassante en littérature à travers ce récit envoûtant, imbibé de whiskey et de drogues dures, sur fond de musique country.

J'achète ce livre grand format à 20.90 €

J'achète ce livre numérique à 10.99 €