Nomadland : les hoboes ne prennent plus le train

Fasseur Barbara - 01.03.2019

Livre - Nomadland Bruder - Globe USA précarité


RECIT ETRANGER - Embarquez à bord du van Halen pour une grande épopée américaine au côté de la journaliste Jessica Bruder. Publié chez Globe, Nomadland est un road trip de trois années, à la poursuite des travailleurs nomades, à la découverte d’une société parallèle dispersée au travers des États-Unis et réunie sur les parkings gratuits. Malmenés par les crises économiques et un pays qui ne les reconnaît plus, les nomades ne savent pas toujours où ils vont atterrir, mais l’auteure, elle, sait parfaitement où elle nous emmène.
 
 
Mêlant récits de voyage, citations, photos et rencontres en forme de portraits, ce texte est une plongée émouvante d’authenticité dans la réalité parallèle de ces retraités qui ne peuvent se permettre de le rester. Appuyé par des extraits d’ouvrages et de reportages soigneusement sourcés et condensés, Nomadland éveille les consciences en faisant la lumière sur une situation invisible aux États-Unis. Jessica Bruder, à l’image d’un Petit Prince de la route voyageant de planète en planète, sillonne les highways américaines, enchaine les rencontres pour recueillir et écouter les histoires des personnalités avec qui elle partage le bitume.
 
Roulant dans des paysages quasi cinématographiques, on découvre un à un les acteurs de cette fiction qui n’en est pas une, hoboes d'un nouveau genre. On y suit en particulier Linda May et ses chiens dans son van qu’elle a affectueusement baptisé le Squeez In. De son arrivée dans ce qui deviendra sa maison sur roues à l’acquisition du terrain de ses rêves pour bâtir sa géonef en passant par l’aménagement de son van et ses différents jobs précaires, Linda guide la journaliste dans l’interminable cycle saisonnier des travailleurs nomades.
 
Du RTR à Quartzsite avant de rejoindre les campings des parcs nationaux pour gardiennage, les entrepôts de récoltes de betteraves sucrières ou encore le fameux programme Camperforce d’Amazon quand arrivent les fêtes de fins d’années, la journaliste met au jour la dureté des conditions de travail, mais aussi l’incroyable positivité et faculté à relativiser qui les caractérise. « On s’habitue à tout ». Ils viennent de partout, sans parcours type, les voilà tous précipités aux mêmes endroits, sur les mêmes parkings, les mêmes sites de campings pour des dizaines de raisons ou un simple enchaînement malheureux.
 
Ces nouveaux nomades aux allures de retraités en vacances empruntent la même route que les touristes, à la recherche d’un supplément de vie grâce aux salaires saisonniers qui leur permettent de continuer à rouler. Ces seniors qui pourraient être nos parents ou grands-parents sont devenus des pros de la récup, de la débrouillardise et de l’entraide. Car quand le rêve s’effondre, il faut réapprendre à faire pour transformer ces véhicules en chez soi roulant méritant leur propre nom. Comme le reflet du rêve américain, ces destins se dessinent comme de nouveaux songes de liberté, plus réalistes et actuels, mais aussi plus silencieux, pour ces insoupçonnables acteurs du quotidien dans une société en transition.
   
Si parfois le jargon théorico-économique peut freiner les novices, c’est pour mieux saisir l’ampleur de la catastrophe pourtant annoncée à laquelle les États-Unis font aujourd’hui face. En choisissant l’immersion totale, Jessica Bruder, qui pourrait être n’importe lequel de ses lecteurs, se fait l’une d’eux et raconte sans filtre les peurs et les joies. Les premières nuits d’angoisse, les entrepôts d’Amazon, les conditions de travail, mais aussi les rencontres, la solidarité, et le luxe du choix, de la liberté. Cette lecture est une véritable prise de conscience pour la journaliste et pour le lecteur, permise par la découverte du « microcosme d’une catastrophe nationale ».
 
Victimes des crises économiques et de la fameuse crise des subprimes, ces “sans adresse fixe” se mêlent aujourd’hui incognito à la foule. Privés de leur logement, de leurs économies, ils constituent une vérité invisible dont on ne peut plus se débarrasser une fois qu’on y a fait face. Alors quand la réalité des uns nourrit la fiction des autres, entre clichés et réalité "surréaliste", cette épopée s’inscrit dans la démesure de l’Amérique.
 

Jessica Bruder, trad. Nathalie Peronny - Nomadland - Edition Globe - 9782211236812 - 22€


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.