Oliver VII, Antal Szerb

Clément Solym - 18.10.2011

Livre - oliver - viviane - hamy


Qu'est-ce qu'être roi ? En Alturie, un jeune souverain, Oliver VII est bien loin de s'en inquiéter : roi, c'est un principe de filiation assez simple, un peu comme de descendre du singe quand on est homme, ou de l'arbre quand on est singe. Mais au-dehors des murs, par-delà son palais, l'insurrection gronde. Les sardines et le vin rouge ne se vendent plus aussi bien, et le pays, qui a connu les révolutions apportées par le précédent suzerain ont aussi laissé des traces dans le budget et les comptes. Douloureuses traces, d'ailleurs. 

 

Au point qu'un homme d'affaire néerlandais offre de racheter le pays pour le redresser, comme cela se fait avec une société déclinante. Le pays va mal, le malaise monte, et le coup d'Etat n'est pas loin. rudement bien organisé, d'ailleurs, le coup d'Etat, avec une structure et une hiérarchie très cadrée ; c'est ainsi qu'on les réussit le mieux, de fait. 

 

Parmi les membres du comité révolutionnaire, un certain Sandoval, peintre de profession, et missionné pour diverses tâches, dont il s'acquitte avec honneur. Et vient finalement le jour où le régime est renversé, qu'Oliver VII quitte son trône, grand prince. Et annule, par conséquent, le mariage avec la fille du roi des Pays-Bas, qui devait sceller l'accord commercial. Plouf, à l'eau la nuit de noces tant attendues, et que leurs gracieuses majestés avaient failli ne pas attendre.

 


Mais l'ennui qui succède à cette révolution finit par peser sur Sandoval. Difficile de revenir aux arts quand on a goûté la liesse de la grande politique. Succédant à son cousin Oliver, la princesse Clodia vient le trouver, pour enquêter sur les agissements de l'ancien souverain. 

 

Les échos que la presse en donne sont farfelus, estime-t-elle : parti chasser en Afrique, vu en bras de chemises après l'achat d'un ranch au Texas, et d'autres incongruités qui mettent la puce à l'oreille. Sandoval quitte ainsi l'Alturie pour Venise où l'ex-roi résiderait. 

 

A sa grande surprise, si Oliver s'y trouve bien, il se fait passer pour un truand, marchand et contrebandier, associé à un sombre personnage, un certain Saint-Germain. Oliver se nomme maintenant Oscar, est amoureux d'une voleuse, Marcelle, et l'aventure est au bout du chemin…

 

C'est que notre petit roi, loin d'être la tête d'encouronné d'office que l'on pouvait supposer voulait voir le monde, et surtout, le vrai monde. Vivre de cette vie des gens normaux. Et pour ce faire, il avait monté lui-même la révolution, histoire de partir tranquille.

 

Ancrée dans une époque du début du Vingtième siècle, légèrement coloré utopisé, ce petit conte se dévore en quelques heures, et moins encore si vous avez la chance de pouvoir le lire sur la plage. C'est une grande farce, qui jongle entre le burlesque et le cocasse, sur fond d'interrogations royales et néanmoins existentielles de premier ordre. 

 

Amourettes impossibles, crise politique prêtera à rire, c'est un petit carnaval de personnages hauts en couleur, et de situation rocambolesques. On sourit presque aux éclats au fil des pages. On invente, on fabule, les truands deviennent des grands intendants de la cour du roi, et l'on monte une arnaque croquignolesque comme l'on mettrait son bonnet de nuit pour le coucher.


 

On pourrait presque parler d'un croisement entre La vie est un songe et une pièce de Comedia dell Arte, agrémentés d'une auto-dérision de bon aloi. La vie de ce monarque qui souhaitait découvrir la vie du peuple déborde d'une saine - et salutaire - fraîcheur.

 

A déconseiller aux enfants dont on veut faire des adultes mornes et imbus. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.