OP OLOOP : un livre fou !

Mimiche - 19.09.2014

Livre - Littérature argentine


Optimus Oloop est un statisticien.

 

A Buenos Aires où, dans les années trente, il exerce sa maîtrise des chiffres, leur rigueur, leur logique et leur implacable mécanique ont mis sa vie en musique.

 

Point de contretemps. La partition est réglée d'avance et il ne saurait être question de rompre avec le rythme imposé par la succession des phases quotidiennes sans remettre en cause la marche immuable, régulière et définitivement réglée de ce qui est accordé à chaque mesure.

 

Ainsi serait il vain, pour Op Oloop, de vouloir poursuivre la rédaction de son courrier un dimanche matin à dix heures et une minute quand l'organisation de sa vie a prévu que cette écriture n'aurait lieu les dimanches qu'entre sept et dix heures exclusivement.

 

Exactitude, tel est le qualificatif qui résume la vie d'Op Oloop et son organisation et qui en assure la stabilité et la sécurité.

 

C'est pour cela que les petites accrocs à son tempo métronomique, alors que, comme à son habitude, il fréquente les divers services des bains turcs, deviennent rapidement le prélude à un malaise qui ira grandissant jusqu'à ce qu'il se retrouve en la demeure du Consul de Finlande où rendez vous doit avoir lieu avec Monsieur Hoerée et sa fille Franziska avec laquelle il va confirmer ses fiançailles.

 

De retard à ses rendez vous en comportements incohérents ou en propos déplacés, Op s'engage dans une soirée difficile où sa vie et la méthode qui la régit vont largement être mises à mal.

 

 

 

Il est impossible de qualifier le livre de Juan FILLOY qui n'est, de la première page à la dernière, que l'affirmation répétée, argumentée et exemplarisée du fait que l'amour fait totalement perdre les pédales à l'homme le plus censé fut il.

 

La raison n'a plus son mot à dire quand des sentiments amoureux ont pris possession de l'âme d'un être. Même si des soubresauts parviennent épisodiquement à faire revenir à la surface la lucidité de l'être pensant, celui-ci ne peut que succomber à un dérèglement massif de ses comportements.

 

Alors que les relations physiques entre les personnes de sexe opposé sont une joyeuseté incapable de remettre en cause les rigidités régulatrices de la vie, le simple souffle des sentiments jette à bas les plus hautes murailles que la raison à pu ériger.

 

L'homme raisonnable a-t-il la capacité à résister à ces bouleversements qui l'assaillent ?

 

L'équation « Amour = Sexe – Cervelle » est-elle la dure réalité qui gère la vie des Hommes (peut être des Femmes aussi mais à part Franziska et celles qui peuplent les lupanars ; elles restent bien absentes de cet ouvrage, aussi est-ce assez difficile de l'affirmer !) ?

 

Vous ne le saurez qu'enlisant cet ouvrage aux accents parfois pathétiques, souvent humoristiques, toujours écrit dans une langue élaborée (combien de fois n'ai-je pas dû demander à Monsieur Larousse quelques explications !….) qui peut parfois éreinter mais qui donne au récit un cachet tout particulier.