Parmi les spectres d'une aristocratie perdue

Auteur invité - 14.06.2019

Livre - orpheline famille - patrimoine héritage - aristocratie époque


ROMAN FRANCOPHONE - Le dernier livre de Chantal Chawaf, Relégation, est un livre entraînant, complexe et provocateur. Écrit à la première personne, le récit permet à une jeune femme, jamais nommée, de prendre enfin la parole et de rappeler son adolescence et sa jeunesse: privée de ses parents dès la naissance, elle a été élevée par le frère jumeau de sa mère dans un immense manoir vétuste et isolé dans le nord de la France.
 
 

Cet oncle Raoul, ancien directeur d’usine dans un pays désertifié par la désindustrialisation, se prend d’amour ou tout au moins de désir pour cette nièce qui était peut-être aussi sa fille. Prise dans les entrelacs d’un éventuel double, voire triple, inceste, avec cet oncle « homme-mère », la jeune femme est pourtant congédiée quand il épouse son ancienne assistante, Mathilde.
 
Plutôt que de se pencher sur tous les aléas de cette relation trouble, voire perverse, entre la jeune femme et le couple – sujet que Chantal Chawaf avait déjà puissamment évoqué dans un livre précédent, L’Inconnue du désir (2017) – le récit nous emmène au temps « présent », où la jeune femme assiste, fascinée, aux jeux de foot de ses voisins de quartier en banlieue parisienne.
 
Encore une fois, il s’agit d’un quartier déshérité mais, à la différence du manoir du nord où la déshérence va de pair avec la décadence, en banlieue parisienne la déshérence va de pair avec la vitalité débordante, la provocation franche et l’expressivité langagière.
 
À la grande différence donc d’Annerose de L’Inconnue du désir, qui finira sans doute par sombrer dans la mort, et à la différence également d’Éléonore dans Ne quitte pas les vivants (2015) dont le mal de vivre ne semble trouver aucun débouché, l’héroïne de Relégation finit par vivre dans un milieu qui, nonobstant sa réputation, incarne aussi la jeunesse, la vigueur et l’espoir.
 
À la différence du manoir du nord, qui, malgré la beauté de son paysage environnant, manquait d’air et de lumière, l’appartement de la jeune femme en banlieue possède la « room with a view » d’E. M. Forster - un balcon qui s’ouvre sur la nature et le monde. Il n’est pas étonnant donc qu’elle retrouve dans sa banlieue non pas une voisine de palier mais une voisine « de balcon », une Ukrainienne nommée Roumania, avec qui elle se lie d’amitié et de sororité pour la vie.
 
Même si Roumania n’ose guère sortir de peur d’être agressée, elle fait de son appartement un espace d’épanouissement personnel. L’héroïne finit donc par retrouver une famille, mais, à la différence de son ancienne famille incestueuse et trouble, une famille qui, par Roumania interposée, représente à la fois la retenue et la liberté, l’intime et l’ailleurs, le proche et l’universel. Celle-ci est à la fois identique et étrangère, et identique dans son « étrangèreté » même.
 
Etant donné ce renversement dans ses émotions et dans ses valeurs, et sa renaissance au langage des jeunes et à la communication entre femmes, il n’est pas tout à fait étonnant non plus que la jeune femme finisse par accepter Raoul et Mathilde et, surtout, de faire de cette dernière encore une « sœur ».

À la fin de ce livre étonnant, la jeune femme a donc su, de manière inattendue et détournée, dépasser les incongruités, voire les traumatismes, du passé. Il s’ensuit que, par un tour de force extraordinaire, la jeune femme arrive à passer outre à sa dépossession antérieure et à reléguer la relégation même.
 
Owen Heathcote
 

Chantal CHawaf – Relégation – Editions Des femmes-Antoinette Fouque – 9782721007032 – 12 €
 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Des Femmes
Genre :
Total pages : 152
Traducteur :
ISBN : 9782721007032

Relégation

de Chantal Chawaf

Une jeune orpheline retrace un versant de sa préadolescence. Le souvenir dévoile l'ambivalence des séjours passés dans une demeure qu'elle nomme le manoir avec son oncle et tuteur, le frère jumeau de sa mère morte en couches. Cette grande maison vétuste est le dernier vestige d'un patrimoine familial qui fut considérable, celui de riches industriels du textile administrant jadis, en vrais aristocrates, leurs vastes domaines dans le nord de la France. Lieu de solitude hanté par des spectres, le manoir est aussi le théâtre d'une relation fusionnelle et d'un féroce déchirement incestueux qui se soldera par l'arrivée de la nouvelle compagne de l'oncle, à peine plus âgée que la narratrice. Rongée par une jalousie insurmontable, une attente impossible vis-à-vis de l'homme-mère, ce monstre à deux têtes, elle se voit alors contrainte d'emménager seule dans un studio situé " en banlieue des banlieues ". L'exil est radical. Mais dans son déclassement, elle sera désormais accompagnée d'une effervescence quotidienne d'enfants, de mères, d'hommes venus d'ailleurs retranchés aux confins de la métropole et habitant une langue faite de métissages. De sa rencontre avec une voisine de palier, une femme de l'Est devenue agoraphobe suite à un viol, naît, au coeur de la blessure, une sororité réparatrice. L'amour du langage exalte et transfigure les deux reléguées, ainsi réunies en une puissante symphonie pastorale urbaine. Ce nouveau roman de Chantal Chawaf désarçonne par son acuité poétique et saisit, sous une plume magistrale, la vie du langage à l'épreuve de la frontière.

J'achète ce livre grand format à 12 €