Parmi tout ce qui renverse, de Georges Guillain : la poésie de l'oeil

Auteur invité - 01.08.2017

Livre - cycle paysage terre - poésie moderne écriture - transparence lecture romanesque


Le titre parle de lui-même : Parmi tout ce qui renverse. Il y a du pari de Pascal dans l’œuvre de Georges Guillain. Il suffit de remplacer le mot Dieu... par celui de poésie. Le lecteur a tout à gagner à croire en elle, qu’elle existe ou non. Étrangement, la quatrième de couverture est confiée à Jacques Darras.




 

Un poète du souffle parle d’un poète de l’œil, de cet œil intérieur projeté sur le blanc de la page. « C’est une poésie longuement mûrie, celle de Georges Guillain », écrit-il. « Son héros se nomme “Il”. C’est lui et ce n’est pas lui. C’est vous tout aussi bien. » 
 

Le recueil puise sa forme d’un ouvrage paru en 1829, Vie Poésies et pensées de Joseph Delorme par Charles-Augustin Sainte-Beuve... cet autre Boulonnais, si proche par son invention de la critique du fondateur du Prix des Découvreurs, prix national de lecture de poésie créé à l’intention des lycéens et des collégiens. Pour la première fois dans la poésie moderne, Sainte-Beuve crée une sorte de double, Joseph Delorme, dont il raconte la vie et rassemble les pensées.

Sauf que le « Il » de Georges Guillain n’est pas un héros malheureux sorti du romantisme mais un homme d’aujourd’hui qui a lu les maîtres du haïku, Kobayashi Issa en particulier, qui visite Pompéi, l’abbaye de Sénanque ou le château du Marquis de Sade à Lacoste, au cœur du Lubéron. 
 

En découvreur et passeur, Georges Guillain propose au lecteur une espèce de postface, intitulée À Propos, où il livre quelques clefs pour mieux entrer dans le poème, explicite les contraintes qu’il se donne, situe les lieux et les instants de l’écriture. Il y a dans la démarche une foi profonde en la force de la poésie, et l’ambition de rester accessible sans rien lâcher de l’exigence du chant intérieur. 
 

Dans cet À Propos, Georges Guillain sait aussi faire preuve d’humour et d’un peu d’ironie sur lui-même. Il note l’avertissement de Vladimir Jankélévitch au début de Le Jene-sais-quoi et le presque-rien : « Fanfaron, et poltron par surcroît, celui qui s’attarde dans les avant-propos et s’éternise dans les préfaces. » Exactement, ce que je fais ici. 


Alors, il est plus que temps de céder au plaisir de la citation, de ce Je-ne-sais-quoi qui m’a touché, qui pourrait donner envie au lecteur... 
 

Parfois / on ne sait pas ce qu’on traverse / un paysage / une joie / un oubli / marchant / tantôt à découvert / tantôt entre des saules / on regarde un peu le marais / mais surtout notre vie qui passe / [...] 


Hervé Leroy 
 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais

 

Parmi tout ce qui renverse – Georges Guillain – Le Castor astral – 9791027801039 – 13 €


Pour approfondir

Editeur : Castor Astral
Genre :
Total pages : 140
Traducteur :
ISBN : 9791027801039

Parmi tout ce qui renverse

de Georges Guillain

Parmi tout ce qui renverse achève le cycle commencé avec Compris dans le paysage (Potentille, 2010), complété par Avec la terre au bout (Atelier La Feugraie, 2011).- Le recueil puise sa forme générale de Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme de Sainte-Beuve.- C'est en effet grâce à ce livre que l'on voit pour la première fois, dans la poésie moderne, le poète se dégager de l'illusion de la transparence du sujet pour inventer une lecture " romanesque " de la poésie lyrique.

J'achète ce livre grand format à 13 €