Parvenir à faire parler le souffle de la nuit

Nicolas Gary - 01.10.2020

Livre - Alexandre Galien - Le souffle de la nuit - Michel Lafon Polar


POLAR FRANCOPHONE – Les mœurs du vaudou choqueront le policier parisien accoutumé aux rixes et aux dealers. Découvrir dans l’estomac éviscéré d’un cadavre, en plein bois de Vincennes, une poupée couturée de fils noirs et quelques cheveux accrochés, ça vous fait regretter la bavette de midi… Surtout en comprenant que c’est un flic que l’on a assassiné de la sorte.
 


La crim’ s’empare de l’affaire : un flic, ancien binôme de Valmy, devenu « attaché de l’adjoint de sécurité intérieure de l’ambassade de France au Nigéria ». Pas vraiment une promotion pour un ancien de la brigade criminelle. Il avait quitté la police suite au meurtre de son ex-femme, tuée par un indic, devenu sérial killer.
 
Dans les romans d’Alexandre Gallien, avoir une vie de merde est un pré-requis.
 
Le commissaire Garziani, chef de la brigade criminelle décide de faire revenir Valmy au titre de consultant sur l’enquête : le cadavre du flic a été trouvé dans le secteur des prostituées nigérianes.
 
Premier point : que signifie cette poupée, et qui a bien pu la loger dans le corps d’un policier ? En fouillant à travers les réseaux de prostitution entre France et Nigéria, on apprend que des jeunes filles sont envoyées en France par des Dames. Leur est promis un avenir brillant et glorieux : jamais il n’est question de finir à faire le tapin.
 
Valmy connaît bien cet univers, y compris l’existence d’un groupe, à mi-chemin de la secte et des opposants politiques au gouvernement nigérian. Difficile à infiltrer, certes, d’autant que le consultant se heurte à une omerta puissante.
 
Eiye, société secrète, l’une des premières confraternités étudiantes entrée dans la clandestinité, qui a versé dans le racket et le pillage pour financer ses activités. En France, elle tient les mamas qui font travailler les gamines. Eux, en revanche, ne se sont pas privés pour infiltrer les arcanes du pouvoir…
 
Le foisonnement de personnages déconcertera le novice, tant les intervenants, précieux à chaque étape de l’enquête, apportent leur brique à l’édifice. Pourtant, ils représentent autant de repères pour avancer – à la machette parfois – et démêler le vrai du faux : parvenir à faire parler.
 
Véritable page-turner, rare d’efficacité pour un deuxième roman, Le souffle de la nuit baigne dans une ambiance de flics omniprésente. Dans la veine des polars portés par un ancien policier torturé (les cauchemars de Valmy sont particulièrement velus…), s’ouvre ici une voie royale à d’autres aventures, plus sombres encore.
 
Entre cruauté, vengeance et violence, le monde de Galien pose ses propres marques dans le polar français, avec des bagages bien lourds. On soupçonnerait volontiers un petit côté Michel Bussi, dans la perspective étrangère – les rites vaudous et les habitudes communautaires sans cliché. Et malgré la violence des meurtres, l’environnement global n’est pas celui d’un Niko Takian.
 
Dans les deux cas, on souhaite le même succès pour en apprendre plus sur le passé de Valmy, et la mort de son épouse.
 
Politique et justice se chevauchent, jusque dans les relations entre la France et le Nigéria : qui ferme les yeux sur les exactions de qui, finalement ? Et quel est le prix de la vie humaine, quand les intérêts des États sont portés à des niveaux supérieurs par leurs dirigeants.
 
L’argent n’a pas d’odeur. Mais jamais aucun billet n’a lavé le sang que l’on pouvait avoir sur les mains.
 
 
Alexandre Galien – Le souffle de la nuit – Michel Lafon – 9782749944159 – 18.95€


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.