Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Pendant que les champs brûlent : le beau saut dans le vide de Virginie Troussier

Cécile Pellerin - 31.03.2017

Livre - Littérature française - voile - risque


De Paris à Tarifa, des sommets alpins aux profondeurs de l'océan, le nouveau roman de Virginie Troussier (La Découvrance) puise son énergie dans les éléments naturels, délivre une poésie incandescente, se respire à pleins poumons, tonique, ardent et agité. Eperdu et troublant. Juste libre et beau. “Un condensé électrique de sensations.”

 

Il capte l'intensité brève du bonheur et du risque, s'en empare jusqu'à l'os, exalte toutes les sensations, même les plus infimes puis, avec un égal embrasement, vire de bord, mais ne sombre pas, résistant à la mélancolie et aux tourments. Aguerri désormais aux épreuves et blessures de l'existence.

 

Délicat et pur, il rend perceptible ce qui reste d'ordinaire enfoui en nous, invite au voyage intérieur et, par la grâce d'un équilibre fragile, si bouleversant mais subtilement maintenu, il initie également à l'art de la contemplation, ouvre notre regard aux paysages extrêmes.

 

 

Portée par une écriture lumineuse et sensitive, la lecture est un ravissement. Entre roulis et frissons, votre cœur bat la chamade. Ne résistez pas. “Tout parlait dans une langue organique, sanguine […] Une voix qui entre dans le corps, qui vous prend au ventre, une voix qui s’adresse, sous les mots, à des souches qu’elle réveille.”

 

"Refuser le risque, c'est refuser de vivre".

 

La narratrice est une fille de la montagne, devenue fille du feu. Installée à Paris, subitement éprise d'un besoin irrépressible d'échapper à la ville (“J’avais épuisé mes ressources, mes essences”), elle prend le large et gagne la mer.

 

Là, aux côtés de Billy, son amour marin “météorique”, elle découvre les vertiges de la navigation, l'ivresse du vent, la joie de l'effort sportif, l'extase du danger, l'attirance pour les profondeurs, et l'eau, élément de rêverie, de fascination et d'inspiration poétique.

 

“Sous le vent, je surgissais du chaos qui me forgeait physiquement, je découvrais des poussées de vie qui me prenaient à la gorge […] Je me sentais vivre comme un bond.”

 

Au fil de cette échappée, attentive à toutes les sensations qui la pénètrent, elle évoque aussi, à travers de courts chapitres, son rapport à l'écriture et à la littérature, les attentats parisiens, l'amour, la mélancolie et la tristesse, ses fidèles compagnes, les rencontres… Tout ce qui la constitue, la fait être et devenir. “Nous ne sommes vraiment rien d’autre que ce que nous sentons ».”

 

Fragmenté, ajusté au rythme vif du voyage, le livre conserve une belle unité. L’effervescence, différente selon les lieux, chaque fois expressive et intense s’y déploie, incorpore le lecteur de tous côtés,  naturellement stimulante.

 

Avec ce troisième roman, Virginie Troussier est entrée en Littérature. Sa voix singulière et talentueuse rejoint la jeune génération d’écrivains à suivre. De toute évidence. 

 

Se procurer l'ouvrageEditions la Découvrance