Picasso et Hokusai : Si Paris est loin de chez vous...

Cécile Pellerin - 17.12.2014

Livre - Art - Picasso, Pablo - Hokusai


A l'occasion de la réouverture du Musée Picasso et de l'exposition Hokusai au Grand Palais à Paris, les livres d'Art sur ces deux artistes sortent chez de nombreux éditeurs. Ainsi, pour prolonger  une éventuelle visite ou se tenir simplement informé de ce dont tout le monde parle, les éditions Prisma rendent compte (à prix raisonnable) de ces deux tendances culturelles du moment et invitent le lecteur à (re)découvrir deux artistes majeurs.

 

De manière très didactique et conventionnelle, l'ouvrage sur Picasso, présente aux lecteurs un condensé artistique et plutôt exhaustif d'un artiste capable de réaliser en moyenne une œuvre par jour (soit plus de 36 000 au total).

 

Délivrées de façon chronologique, les œuvres choisies attestent d'un ensemble contrasté à travers notamment plus de 150 illustrations. Ainsi, tout à tour, le lecteur passe d'une période à une autre, de peintures néoclassiques au cubisme, les associe assez facilement aux événements et traumatismes traversés par l'auteur, grâce notamment aux éléments biographiques insérés.

 

Sans rien révéler qui ne soit déjà connu par un plus grand nombre, l'ouvrage consacre cependant  une partie (intéressante) au travail de l'artiste (photos à l'appui), relate certaines de ses méthodes, insiste sur une création souvent impulsive, issue des gestes et choses du quotidien sans oublier  de rappeler ses nombreuses influences issues des générations précédentes (Velázquez, Ingres, Manet, Gauguin…).

 

A noter également, la mention spéciale à « Guernica », et un relevé de toutes les interprétations formulées depuis sa création,  puis sa relation particulière avec Georges Braque ou encore le chapitre consacré aux sept femmes qui l'inspirèrent.

 

Enfin différents témoignages (Marina, sa petite fille, Lydia, l'un de ses modèles, etc.) décrivent un homme à la personnalité ambivalente, capable du meilleur comme du pire.

 

 Et pour finir, un tour du monde des musées qui détiennent l'essentiel de ses œuvres et confirment sans surprise que Picasso reste l'un des artistes les plus incontournables de ce XXème siècle.

 

 



Hokusai (Prisma, 448 pages, 42 euros)

 

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/nagata-seiji/hokusai,62932050.aspx

 

Plus d'un siècle auparavant, sur un autre continent, un artiste tout aussi incontournable, considéré aujourd'hui comme le maître de l'estampe japonaise : Hokusai (1760-1849).

 

Le livre présenté à l'occasion de cette exposition parisienne qui s'achève, rédigé par Nagata Seiji (commissaire de l'exposition) est en fait le catalogue d'une précédente exposition rétrospective, montrée à Berlin en 2011 dans le cadre des festivités marquant les 150 ans d'amitié entre l'Allemagne et le Japon.

 

Selon une progression chronologique également, l'ouvrage classe les œuvres de l'artiste (plus de 30 000) en six grandes phases et propose au lecteur d'en découvrir près de 400 réparties sur l'ensemble de sa carrière même si c'est plutôt vers 1830 (il a alors 70 ans) que sa production devient plus personnelle et originale, enrichie d'influences occidentales (le bleu  de Prusse, par exemple).

Au-delà des vues du Mont Fuji ou de la célèbre « sous la vague au large de Kanagawa », qui inspireront les impressionnistes européens, l'ouvrage très dense et exhaustif (à l'excès ? On ne sait plus où donner de la tête parfois) permet de pénétrer dans la variété de cette œuvre. Dessins, peintures, gravures, livres illustrés, manuels didactiques… Hokusai se diversifie sans cesse mais chaque œuvre, prise au hasard ou dans le respect de la chronologie impressionne par la maîtrise du trait, la finesse des lignes et un sens du détail remarquable (cf. les scènes de la vie quotidienne, les portraits d'acteurs, de lutteurs de sumo ou même les paysages).

 

A chaque illustration est associée une note explicative et contextuelle, suffisamment condensée pour ne pas enfermer l'œuvre d'art.

 

Cet ouvrage respire, attire le regard, suscite la curiosité et le plaisir, donne à voir, invite à la rêverie, demeure un bel objet si l'on prend le temps d'y revenir souvent plutôt que de s'y jeter goulûment et risquer l'indigestion.

 

A partager et à offrir en ces veilles de fêtes.