Pierre Cendors, l'alchimique incertitude de la passion

Auteur invité - 01.08.2019

Livre - Pierre Cendors - passion amoureuse - Le Tripode


ROMAN  — Au Moyen Âge, il est probable qu’on eut pris Pierre Cendors pour un sorcier. Un alchimiste qui, dans la pénombre de sa bibliothèque, agence les mots, les triture, les exprime comme on le dit d’un agrume, afin d’en extraire la drogue que secrète son âme de poète, cette « insuffisance qu’il faut laisser longtemps infuser en soi ».
 
 


L’action de Silens Moon, dernier roman de ce savoyard installé aujourd’hui dans l’Oise, se déroule dans une ville d’Allemagne. Le narrateur, jeune et obscur agent d’assurances, rencontre dans la pension tenue par sa tante un homme étrange et solitaire dont le départ subit va le poursuivre. Car ce loup des steppes, incarnation du personnage d’Herman Hesse, a instillé en lui l’attrait pour la nuit, ce « silencieux messager des infinis mystères ».
 
Douze ans plus tard, on est en 1935, il reçoit un faire-part de décès. À son propre nom. Un homonyme qui habitait juste en face de la pension, mort mystérieusement dans la nuit, celle aussi où s’enfonce l’Allemagne. Revenant de l’inhumation, il remarque dans une rue inconnue une affiche dont la « théâtralité froide » l’attire. Sous le Juden Raus tracé par une main anonyme, il lit que Nada Néander chante Silens Moon au Morador chaque vendredi soir.
 
Les pièces du puzzle vont alors subtilement se mettre en place. « J’allais sans vaciller vers l’incertain. Je marchais résolument au bord d’un trouble », songe le narrateur qui fera mentir cette confidence d’oreiller : « Les femmes ne peuvent rien pour toi, sauf une, mais elle n’existe que dans ton esprit. »
 
Car Nada - on pense à la Nadja de Breton - sera le nom d’une passion, d’un vertige. « J’ignore si ce que j’ai vécu avec Nada a un nom. Aucun ne convient, sauf un peut-être, que je me garderai bien d’expliquer. C’était le nom d’un train et le nom d’une chanson […]. »
 
Celle que chantait Nada.
 
Ce roman au charme délétère, marqué par la sourde inquiétude de ces temps, par l’exacerbation des solitudes, par une quête amoureuse empreinte d’absolu, envoûte. Ses réminiscences littéraires, les échappées poétiques, la maîtrise du ton et du temps en font une expérience qui marque en profondeur le lecteur.
 
Pascal Allard
 
Pierre Cendors – Silens Moon – Le Tripode – 9782370551900 – 19 €
  



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Le Tripode
Genre :
Total pages : 200
Traducteur :
ISBN : 9782370551900

Silens moon

de Pierre Cendors(Auteur)

En 1935, en Allemagne, un homme atteint sa quarantième année dans une solitude qu'il s'est choisie. Un héritage l'a mis à l'abri des soucis matériels. Mais il vit hanté à la fois par le souvenir d'un ancien et mystérieux voisin qu'il surnomme " le loup des steppes " et la découverte récente d'un homonyme dont il ne sait rien, sinon qu'il vient de mourir. Herne Heimlicht décide d'enquêter sur la vie de cet individu qui porte son nom, ignorant que sa quête va l'amener à devenir l'amant d'une artiste sublime : Nada Neander.

J'achète ce livre grand format à 19 €