Plein les poches : Papa, maman, mamie... ah, famille !

Victor De Sepausy - 30.11.2018

Livre - sélection livres poche - conseil lecture poches - Noël fête famille


Notre rubrique hebdomadaire opère une petite entorse à ses habitudes. Mais c’est bien de bousculer les habitudes. D’ordinaire prévue le jeudi, elle vous est servie sur un plateau ce vendredi, juste avant le week-end. Et comme les fêtes de Noël approchent, on est resté très famille...


Cette semaine, dans Plein les poches, c’est papa, maman et mamie...

plein les poches : famille
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Parce que c’est toujours un plaisir de passer un moment avec elle, et qu’elle nous en avait parlé voilà bien longtemps, le dernier livre de Virginie Grimaldi a une place de choix dans notre sélection. 

Souvenez-vous : les cartes postales qu’elle diffusait sur Instagram, adressée plus ou moins véritablement à sa grand-mère, devaient devenir un livre. C’est le cas depuis fin octobre. Chère mamie, ce sont des petits textes, comme on en écrivait sur les cartes, accompagnés d’une photo.

Le livre propose un bon pour faire un don à l’association Cékedubonheur, qui travaille avec les enfants hospitalisés. Belle cause, joli livre : que du bonheur, en effet.


Mais les relations entre les enfants et leurs parents ne sont pas toujours des plus simples : alors que son père est décédé voilà plus de vingt ans, Metin Arditi revient sur cette relation, l’image d’un père probablement aimant, et certainement admiré. Mais avant tout débonnaire, voire démissionnaire de sa fonction. 

Mon père sur mes épaules, c’est un constat d’enfant qui a grandi, dévoilant les faiblesses d’un homme. Depuis le bar d’un hôtel où son père se rendait remontent les souvenirs d’un passé lointain. Et les difficultés d’une existence : entre la quête d’identité, la relation à la judaïté et le regard sur un père dont l’absence était devenue une présence.


Il y a l’absence vécue, et celle subie. Celle que provoque l’abandon – un désistement, qu’elle qu’en soit la motivation. Alors vient un autre monde qu’il faut s’inventer : enfant, Irène Frain s’est détachée d’une mère qui « [l’] avait rejetée » pour s’en inventer d’autres. Issues des livres, femmes de papier, elles devinrent celles qui protégeraient. 

Récit incroyablement personnel, où la violence du déchirement entre une fille et sa mère porte la première à écrire. Comment survivre est finalement passé par les mots, lus d’abord, puis les siens. « J’étais douée pour la survie », assure Irène Frain. À l’émotion qui se dégage pour le lecteur de La fille à histoires, on a tout envie d’apprendre d’elle sur ce point.





Virginie Grimaldi – Mes listes Feuilleter Chère Mamie – Bayard / Le Livre de poche – 9782253100799 – 5 €
Metin Arditi – Mon père sur mes épaules – Points – 9782757870280 – 5,90 €
Irène Frain – La fille à histoires – Points – 9782757871485 – 7 €

 

Retrouver chaque semaine la sélection Plein les poches, lectures et livres à petits prix 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.