Plein les poches : turbulents, violents, amoureux... sales gosses

Victor De Sepausy - 07.02.2019

Livre - sélection livre poche - livres poche lectures - livres conseil thémes


Les parents le savent (ou le découvriront rapidement) : l’éducation d’un enfant consiste avant tout à lui farcir le cerveau avec des choses qu’il passera sa vie à réassembler. La sélection de cette semaine était donc toute trouvée : parlons d’enfances, tragiques, magiques, fulgurantes...

Cette semaine, dans Plein les poches, place aux sales gosses.
 
Plein les poches : sales gosses
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


C’est l’histoire d’une rencontre, parmi les plus poignantes qui soient : extrait du livre Just Kids, ce moment de grâce, où Patti Smith et Robert Mapplethorpe sont en route pour le Chelsea Hotel. Le premier se présente comme Bob. Elle n’en démord pas, et préfère l’appeler Robert. Parce qu’il n’a « pas une tête à [s]'appeler Bob ». La messe est dite. 

Couple iconique, le photographe et la jeune fille tout juste débarquée à New York, Patti et Robert, c’est la Beat Generation, dans sa quintessence. Elle lui avait promis, sur son lit de mort, qu’elle écrirait leur histoire. C’est ce qu’elle fit, de la plus belle des manières qui soit. Rien que des gamins, et tout tient dans ces quelques mots. De l'amour, une relation fusionnelle à bien des égards. Un récit merveilleux. 


En voilà bien un autre, de gamin turbulent, dont les parents n’ont pas dû vraiment comprendre l’orientation qu’il prenait... Dans la continuité de son premier livre, L’enfance de Jesus, il était attendu que Coetzee prolonge son exercice. Après tout, si les Évangiles nous racontent la vie du fils de Dieu, il reste quelques passages à remplir.

Sauf que Coetzee n’avait pas à cœur de retracer la vie de la Palestin en ce début de premier siècle. L’éducation de Jésus, raconte la vie du jeune David, âgé de 7 ans. Un autre pays, une autre langue, un autre monde, David a grandi, et fait preuve d’un caractère farouche. Et surtout, pose des questions déconcertantes pour son père. Ce n’est qu’en entrant dans une école de danse qu’il va finalement toucher du bout des pieds, les réponses tant attendues.


C’est une tragédie qui remonte à quelques dizaines d’années, dans un centre commercial de Liverpool. Dans la presse, c’est devenu l’Affaire Bulger, du nom d’un jeune garçon, James, âgé de deux ans. Ses parents le perdent de vue, occupés à autre chose. Et l’enfant disparaît. La police trouvera le corps, totalement mutilé.

Des enfants tuent un enfant, c’est l’horreur qui touche aux tripes, et laisse sans voix. Car les meurtriers du petit James ne sont autres que de jeunes enfants, d’une dizaine d’années, Jonathan Venables et Robert Thompson. On leur donnerait le Bon Dieu sans confession. Et qui, l’espace d’un instant, sont devenus les plus monstrueux des monstres.


Transition, moins macabre, mais non moins effrayante, que celle du roman de Gin Phillips : ici, la fiction se suffit à elle-même, pour figurer l’angoisse et la terreur. Une vaste ménagerie, des barreaux pour protéger les animaux des hommes – ou est-ce l’inverse ? – bienvenue dans Le zoo. 

Joan est venue avec son fils, Lincoln, et peu avant que l’établissement ne ferme, ils se sont mis à l’écart. Ce lieu, ils le connaissent bien, et Lincoln, quatre ans, a ses habitudes. Mais en se rendant vers la sortie, elle entend des bruits semblables à des coups de feu. Ce n’est qu’en voyant les cadavres, et un homme, fusil en main, qu’elle comprend. La visite est finie. Place à la survie...


Alors que les Uber ont fini par désigner une réalité socio-économique épouvantable, le livre de Mahir Guven se place à l’intersection de plusieurs mondes. Celui des chauffeurs de VTC, bien sûr, de leurs clients, et de la barrière qui les sépare, au-delà des fauteuils confortables. 

Sauf que la vie ne se déroule pas aussi simplement qu’en attendant le passage d’un feu au vert. Son petit frère, s’est précipité vers la Syrie. Ce n’est pas tout à fait le djihad qui l’a séduit, mais une organisation humanitaire musulmane. Grand frère est inquiet : plus de nouvelles. Plus aucune. Depuis des mois que son petit frère est parti. Jusqu’à son retour. Celui du fils prodigue. Ou pas loin...



Gitta Sereny, trad. Sibylle Grimbert et Florent Georgesco – Des enfants tuent un enfant - L'affaire Bulger – Points – 9782757868546 – 6,30 €
Patti Smith, trad. Héloïse Esquié – Rien que des gamins - Extrait de Just Kids – Folio – 9782072796937 – 2 €
Mahir Guven – Grand frère – Le Livre de poche — 9782253074366 – 7,90 €
J. M. Coetzee, trad. Georges Lory – L'éducation de Jésus – Points – 9782757871775 – 7,40 €
Gin Phillips, trad. Pascale Haas – Le zoo – 9782264072689 – 7,50 €

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.