Polar en eaux troubles, succombez au chant des sirènes

Mimiche - 05.05.2018

Livre - Gianni Biondillo Polar - Le Charme des Sirènes - Polar Biondillo Sirène


Dans un quartier écarté de la ville riche, Mimmo est réveillé au milieu de la nuit chaude et moite comme Milan sait encore en asséner en septembre à ses habitants, par un raffut de tous les tonnerres sur le palier de son appartement. En petite tenue, mais avec ses arguments frappants bien connus dans son quartier, il se charge d’une part de rosser les deux petits malfrats qui avaient monnayé à une famille d’immigrés l’accès à l’appartement voisin inoccupé depuis le décès de la vieille voisine et, d’autre part, d’attribuer ce logement à celle-là, généreusement, sans contre partie et même après avoir fait restituer l’argent extorqué !



 

Deux ans plus tôt, dans une maisonnée de Libye, un père et une mère, inquiets de l’avenir que dessinait la grogne populaire naissante envers le dictateur en place, décidaient de confier à leur quatrième fils la charge d’accompagner leur petite dernière en Italie, à Milan, où leur fils aîné Youssef vivait depuis des années, pour la mettre à l’abri du temps impétueux qu’ils craignaient de voir surgir.

 

Au lendemain de l’altercation dans l’immeuble de Mimmo, Michele Ferraro, inspecteur de police, est envoyé enquêter sur place au motif que, né dans ce quartier du Quarto Oggiaro, il y a ses entrées. Et c’est vrai que Mimmo est un ami d’enfance et que, chacun de son côté de la barrière, ils se rendent mutuellement des services à l’occasion. Mais, au sujet de la plainte reçue au poste, Ferraro n’obtiendra de Mimmo rien de mieux que des arguments humanistes bien difficiles à contester devant l’amitié d’un plat de pâtes accompagné de vin blanc. Même si le Commissaire Matteis a décidé de se lancer, avec l’aide de Ferraro, dans une opération de grand nettoyage urbain pour rejeter à la mer tous ces parasites qui viennent sucer le sang des bons italiens en rentrant illégalement sur le sol national.

 

Mais la balle perdue, destinée à un grand couturier lors d’un défilé de mode sur une place de Milan, qui a finalement conduit à la mort de l’une des mannequins va contrecarrer les plans de Matteis, car la hiérarchie policière milanaise a décidé d’intégrer Ferraro à l’équipe en charge de l’enquête. Le résultat d’une intervention haut placée qui énerve Matteis, mais qu’il ne peut ignorer. Visiblement, certaines gens connaissent bien Ferraro et ses méthodes et ne veulent pas prendre le risque de voir une telle enquête pâtir de sa mise à l’écart.

 

Voilà un super roman policier qui mêle beaucoup de choses et le rend particulièrement attrayant, agréable et captivant.

 

C’est l’antagonisme des quartiers riches ou pauvres de n’importe quelle ville et de ceux qui naviguent parfois en eaux troubles d’un bord à l’autre quand d’autres semblent même ignorer l’existence d’un autre milieu que le leur.

 

C’est l’énorme gâchis humain que représente l’immigration qualifiée d’illégale, dont se repaissent d’un côté des amoraux et des cyniques qui ne songent qu’à profiter de la faiblesse et du besoin de leurs semblables et de l’autre d’autres, non moins amoraux et non moins cyniques, qui jouent sur la fibre révoltante de l’exclusion, du racisme et du rejet de leurs semblables en état de faiblesse et de besoin.

 

C’est l’humanisme qui peut se cacher n’importe où et notamment chez ceux dont on pourrait trop facilement ternir l’image au fallacieux prétexte qu’ils sortent du cadre normé de la bienséance des culs un peu serrés alors que clochard, prostituée ou voleur, ils ont un cœur bien souvent plus grand que celui des donneurs de leçons de toutes confessions.
 

[Extraits] Le charme des sirènes de Gianni Biondillo

 

C’est ce milieu magique et rempli de paillettes qu’est la mode et la grande couture où les serpents sont au moins aussi venimeux que dans bien d’autres milieux même si les coups sont portés bas et avec le sourire.

 

C’est ce fossé bientôt insondable qui se mesure déjà en années-lumière et qui commence à séparer le troisième âge des jeunes adolescents utilisateurs inconditionnels et instinctifs des nouveaux moyens de communication.
 

C’est ce vrai polar avec lequel Gianni Biondillo nous mène par le bout du nez jusqu’à la dernière page où les facéties de cet inspecteur semblent n’avoir d’autre ambition que de conforter en nous l’image d’habitants d’une « botte » qui passeraient leur vie à marcher avec les pieds de part et d’autre de la ligne blanche.

 

Un régal ! Vraiment !
 

Gianni Biondillo, traduit par Serge Quadrupanni - Le charme des sirènes - Édition Métailié - 9791022607155 - 21,00 € / Ebook - 9791022607162 - 14.99 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.