Profitez des vacances pour devenir un connard (ou une connasse)

Nicolas Gary - 18.07.2018

Livre - guide survie vacances - connard connasse livres - bordel rangement existence


Ils viendront de partout : les queues de poisson sur l’autoroute des congés bien mérités, les cris sur la plage, les déchets abandonnés en montagne, ils feront tout pour vous pourrir la vie... ActuaLitté, conscient de ce qu’il faut désormais être armé pour prendre des vacances, a retenu quatre guides de survie essentiels...

 

Devenir un connard (ou une connasse)
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Imagineriez-vous qu’il puisse exister une conspiration mondiale pour imposer l’ordre et le rangement ? Un véritable Cartel de l’ordre, avec à sa solde des entreprises dont les dehors ont tout de l’apparente respectabilité... Aux armes, citoyens, formez des tas de fringues roulées en boule ! Marchons, sur des papiers froissés jonchant le sol, qu’une tasse de café impur (et oubliée depuis des jours) abreuve nos sillons !

 

De la joie d’être bordélique est l’ouvrage IN-DIS-PEN-SABLE pour celles et ceux qui s’apprêtent à partir avec des amis – tout particulièrement s’ils ont des enfants – en vacances. La vie en communauté, qui n’a d’intérêt que de laisser aux autres le soin de faire ce qui nous ennuie (vaisselle, nettoyage, etc.), n’en sera que plus belle. 

 

Mille mercis à Jennifer McCartney de déculpabiliser le/la célibataire qui voit s’entasser les tâches ménagères, et les regardait auparavant avec un œil inquiet. Désormais, le bordel est un art, et n’oubliez pas : plus votre bureau accumule de documents, stylos, carnets, et ainsi de suite, plus cela signifie que vous êtes créatif. Merveilleux.

 

 

Tiens, parlons d’auteurs et de bouquins. Et n’oublions pas cette règle immuable, que les éditeurs se murmurent de génération en génération, dans ces mêmes alcôves où s’ourdissent les plans machiavéliques du Cartel de l’Ordre. Oui, Un bon écrivain est un écrivain mort : et s’il pouvait ne pas avoir d’ayant droit, ce serait mieux, encore.

 

Ici, on réunit des auteurs aux noms évocateurs : on croirait presque avoir déjà lu quelque chose d’eux... Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, David Mikonos, Tatiana de Roseray, Christine Légo... La liste est longue. Ils sont dix conviés par un certain Augustin Traquenard pour un débat littéraire, dans un monastère : vive la retraite monastique !

 

Et voici comment la plume devient plus puissante que l’épée : elle crache, bave sans buvard pour retenir son fiel d’encre chinoise ! Acide garanti, façon Agatha Christie prise à contre-pied, on réglera ses comptes avec ces infâmes imposteurs du best-seller.

 

 

Allez, enfants ! Allons, enfin ! C’est les vacances, et ce qui se passe en juillet reste en juillet, sauf si ça se prolonge en août. Devenue une véritable institution, Madame connasse se lâche vraiment, et gare à ranger les meubles. Car derrière les jeux typographiques complexes, se cache une véritable réflexion sur la vanité de l’humain et de ses ébats.

 

Faites l’exercice, au lendemain d’une soirée arrosée, alors que vous vous réveillez aux côtés d’un être humain dont la seule présence vous laisse perplexe. Fixez ses yeux, de vos globes rougis, n’arborez pas même un semblant de sourire hypocrite, et lâchez : « La différence entre un café et ton opinion, c’est que j’ai demandé un café. » Perplexité garantie.  

 

N’ayez pas peur, et sentez la puissance de la méchanceté vous gagner. Inutile de lutter : le côté Obscur, c’est pour les grands ! « J’éprouve toujours un certain plaisir à tenir la porte à des gens assez loin pour les obliger à courir de façon gênée. » Jubilatoire. Jouissif. ORGASMIQUE !

 

 

Et une fois que vous aurez biché de tant de bile, déversé des tombereaux orduriers, à la face du monde, laissé libre cours au sadisme tu durant toutes ces semaines de travail dans un open space moisi, alors, là, oui, vous aurez droit au calme, la zénitude et la sérénité.

 

Puis, les jours vont raccourcir, la température diminuer, le soleil et la plage s’éloigner... Alors, il faudra probablement canaliser cette haine ordinaire qui aura animé vos congés. Pour que la chute ne soit pas trop dure, plongez-vous dans cette profonde réflexion : J’en ai marre ! Je deviens con, raciste et intolérant. 

 

Parce qu’après tant de bonheur à avoir laissé libre cours à la rage intérieure, peut-être ne sera-t-il pas inutile de procéder à une introspection salutaire. Imaginez : il ferait mauvais effet de lâcher la bride à votre intolérance, une fois de retour au travail...


 

 

Guillaume Chérel – Un bon écrivain est un écrivain mort – J’ai lu – 9782290154526 – 8 €

Antoine Felix – J'en ai marre ! Je deviens con, raciste et intolérant – Editions du Panthéon – 9782754738088 – 20,90 €

Madame Connasse – Madame Connasse se lâche ! – Editions de l’Opportun – 9782360754830 – 9,90 €

Jennifer McCartney, trad. Alexandra Maillard – De la joie d'être bordélique –  Pocket – 9782266283366 – 6,40 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.