Proust, l’ami retrouvé, ou Marcel avant la Recherche

Auteur invité - 17.10.2017

Livre - Claudine Lesage Proust - proust recherche temps - marcel proust romans


Claudine Lesage, disparue alors qu’elle terminait son manuscrit, explique que sa recherche a été déclenchée par deux photos de l’été 1908, prises au champ de courses de Deauville (reproduites pages 65 et suivantes). Elle traque alors, dans un fonds d’archives privées et inédites, Léon Bélugou (1865-1934), homme de lettres, précepteur, « conseiller privé, discret et avisé des meilleures familles du faubourg Saint-Germain ».

 



 


Sur une tribune, au côté de son héros, un homme moustachu, mise élégante, dûment coiffé d’un canotier : Marcel Proust soi-même.

Instantanés de ces étés de la Belle Époque où la bonne société parisienne se retrouve pour les plaisirs balnéaires alors en pleine vogue : Deauville, Trouville, Étretat, Cabourg qui donneront, plus tard, le Balbec imaginaire de la Recherche où déambulent les jeunes filles en fleurs sur les promenades face « aux ondulations montueuses et bleues de la mer... ». 
 

En ces premières années du siècle, Marcel (Proust) est déjà le collaborateur de revues littéraires, observateur et chroniqueur de la vie du beau monde et des salons : il n’est pas encore engagé dans l’écriture de son grand œuvre qu’il entame vers 1910. Léon (Bélugou) a entretenu une correspondance avec lui, croisé dans les réceptions parisiennes et fréquenté d’un peu plus près dans les mondanités balnéaires.

Professeure de littérature anglo-américaine, familière d’Edith Wharton (par qui elle arrive à Bélugou) et Joseph Conrad notamment, Claudine Lesage lève donc un joli coin de voile sur ces années proustiennes d’avant la Recherche.

En exhumant un second couteau du monde littéraire de l’époque, elle nous offre quelques-unes des clés pour entrer dans cet univers fascinant dont elle dévoile quelques images — au sens propre comme au sens figuré — en consacrant la deuxième partie de son très beau livre à un album de photos accompagnées d’extraits d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs...
 

La Sonate de Vinteuil : l'enchantement musical de Proust enfin résolu ?


« C’était un grand charme ajouté à la vie d’une station balnéaire comme était Balbec si le visage d’une jolie fille, une marchande de coquillages, de gâteaux ou de fleurs, peint en vives couleurs dans notre pensée, est quotidiennement pour nous dès le matin le but de chacune de ces journées oisives et lumineuses qu’on passe sur la plage. » 


Jean-Marie Duhamel 

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais

 

Claudine Lesage — Proust, l’ami retrouvé. Marcel avant la Recherche (1 893 190) – Editions Invenit – 9782918698982 – 30 €