Quand Buffalo Bill inventa la conquête de l'Ouest

Mimiche - 29.04.2020

Livre - Eric Vuillard - Tristesse de la terre - Buffalo BIll


RECIT FRANCOPHONE - Buffalo Bill est, sans conteste, une figure quasi légendaire de l'Amérique conquérante et du far-west : une légende qu'il a autant lui-même contribué à construire, plus qu'elle ne s’est créée autour de lui.



Né dans l'Iowa en 1846, William Frederick Cody a effectivement été un réel participant à de nombreux épisodes de la conquête de l'Ouest, qu'il s'agisse des guerres indiennes, de l'aventure du Pony Express ou des grandes chasses aux bisons organisées pour approvisionner les chantiers de construction du « cheval de fer » qui va relier les deux océans !
 
C'est d'ailleurs cette dernière gabegie, cette tuerie « de loisir », organisée au grand dam des populations autochtones qui, en plus des guerres de dépossession de leurs territoires de vie, va largement contribuer à la disparition d'un de leurs moyens de subsistance et, par voie de conséquence, à la précarisation du mode de vie des Indiens.
 
C'est cette carrière de chasseur qui va valoir à William Cody le surnom de Buffalo Bill.
 
C'est cette présence sur tous les théâtres de la conquête de l'Ouest qui va l’amener à en broder la légende dans un spectacle de plus en plus phénoménal qui, des années 1880 aux années 1910, va sillonner et conquérir l'Amérique puis l'Europe, avec des spectacles à couper le souffle, des représentations « grandeur nature » mélangeant bisons, véritables figurants indiens, véritables figures de la conquête de l'Ouest, pillages de banques, attaques de diligences, …, pour le plus grand plaisir des foules de plus en plus immenses - jusqu'à pus de 10.000 spectateurs !!! - tout au long de ces tournées spectaculaires : le « Wild West Show »
 
Un spectacle qui, se nourrissant des réactions des spectateurs, a fini par mettre de côté la vérité historique pour ne raconter que l'histoire qui plaît, au besoin en travestissant les faits, dans une simple recherche du show susceptible d'enthousiasmer les foules.
 
C'est avec un regard aiguisé et sans concession que Eric Vuillard raconte cette épopée qui a créé la légende autant qu'elle en est issue, qui a rendu plus vrais que nature des épisodes où la vérité a été tordue pour chanter la gloire des conquérants de l'Ouest et construire des images d’Épinal qui, aujourd'hui encore, effacent l'Histoire.
 
Il raconte la foule qui hue l'apparition du véritable Sitting Bull (convaincu par John Burke, l’impresario du spectacle, de participer au show pour cinquante dollars par semaine), vrai vainqueur de la bataille de Little Big Horn, transformé en perdant spectaculaire et piteux.
 
Il raconte comment le spectacle lui-même échappe à Buffalo Bill, qui voit fleurir dans le pays des imitations de son personnage. « Sa vie lui échappe. La grande puissance contrefactrice l'aspire à elle, le duplique, le corrige ». Le voilà en train de « se conformer à son personnage. Il s'imite ? Il deviendra lentement celui qu'il joue » ? Au point que « Buffalo Bill, ayant joué des dizaines et des dizaines de fois une mise en scène de la bataille de Little Big Horn, croyait vraiment, à la fin de sa vie, y avoir participé ». Alors qu’il n'en était rien.
 
Il raconte la tuerie de Wounded Knee où l'armée américaine n'a rien gagné en gloire. Où une petite orpheline indienne miraculeusement échappée au massacre sera adoptée par un général et n'étant plus rouge et pas blanche pour autant, finira une vie de misère sans jamais avoir pu trouver sa place dans une société qui a voulu l'assimiler mais n'a réussi qu'à la broyer. Où Buffalo Bill a récupéré la hutte et le cheval de Sitting Bull, après l'assassinat téléguidé de celui-ci, pour l’intégrer à son show. « Rien n'arrête le démon de la mise en scène. Rien ne remplit assez le tiroir-caisse ». Pour une scène à mille lieux du carnage, du meurtre collectif délibéré.
 
Il raconte une légende « qui a été, ligne à ligne, fabriquée, peaufinée, et où l'apologie est devenue sans cesse plus habile. Et tout cela pour une œuvre exemplaire, exemplairement américaine, une formidable contribution à l'histoire de la Civilisation » !
 
Il raconte la création de toutes pièces de la ville de Cody par Buffalo Bill qui y ouvrira, pour sa fille Irma, un hôtel auquel il donnera le nom de celle-ci. Un passage obligé pour tous les amateurs du far-west. Une ville factice toujours là encore aujourd'hui, « ...une autre sorte de fantôme ».
 
Il raconte les indiens et la « destruction d'un peuple » : devant la photo de « pauvres bougres » rescapés de Wounded Knee, il suscite le « malaise », la « sympathie », la « sourde angoisse » face à ces gens qui « vont mourir » parce que « tout, absolument tout [leur a été] retiré, pris, sifflé ».
 
Il rejoint, là, la fabuleuse histoire racontée par Howard Fast dans La Dernière Frontière.
 
A la fin, on se dit seulement qu'il aurait dû nous en raconter plus et plus longtemps.


Eric Vuillard ­- Tristesse de la terre : une histoire de Buffalo Bill Cody – Actes Sud, coll. Babel – 9782330065584 – 6,80 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN :

Tristesse de la terre

de Eric Vuillard

On pense que le reality show est l’ultime avatar du spectacle de masse. Qu’on se détrompe. Il en est l’origine. Son créateur fut Buffalo Bill, le metteur en scène du fameux Wild West Show. Tristesse de la terre, d’une écriture acérée et rigoureusement inventive, raconte cette histoire.

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 6.80 €

J'achète ce livre numérique à 6.99 €