Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent - Eric-Emmanuel Schmitt

Pauline - 26.09.2011

Livre


Pourquoi ce livre : j’ai décidé de lire ce court ouvrage car nous avons parler de l’auteur récemment sur le forum de vendredi lecture, notamment à travers Oscar et la dame rose. Cela m’a donné envie de me lire du EM Schmitt et comme celui-ci était dans ma PAL (Pile à Lire), je l’ai choisi. 

Résumé : Dans cet essai Eric-Emmanuel Schmitt nous parle de sa relation avec Beethoven tout au long de sa vie : la découverte et la vie commune au cours de l’adolescence, la relation presque amoureuse, la jalousie de Beethoven envers Mozart, la rupture, et les retrouvailles de l’auteur avec son « idole » de jeunesse 30 ans plus tard.

Cet essai est suivi d’un court roman : Kiki van Beethoven. L’auteur y aborde le même sujet mais romancé et théâtralisé. Lorsqu'elles étaient jeunes, Kiki, Candie, Zoé et Rachel avaient l'habitude d'entendre de la musique jouée par les masques de Beethoven que l'on trouvait dans les salons. Alors que les bustes de Bach paralysaient les jeunes artistes, Beethoven aidaient a l'inspiration. Mais à 60 ans, Kiki trouve un masque de Beethoven sur une brocante. Et celui ci ne joue plus de musique. Est-ce Beethoven qui a changé ou est-ce les quatre amies qui ne savent plus écouter ?

Mon avis : Dans cet ouvrage, EM Schmitt va au plus profond de son intimité. Il nous livre ici l’histoire de sa relation avec le musicien, le cheminement pour retrouver le plaisir d’écouter ces sonates et autres symphonies. Dans son essai, l’auteur décrypte les morceaux les plus célèbres et donne son avis et sa propre interprétation sur ceux-ci. Ainsi on découvre plus en profondeur la 9ème symphonie, l’opéra Fidelio ou encore le 4ème concerto pour piano. Je pense que c’est un livre à transformer en « livre enrichi » en numérique afin d’avoir accès aux morceaux qu’il évoque et analyse. En effet, même si l’on connait tous un morceau de Beethoven, il n’est pas toujours aisé de retenir quel titre à tel morceaux tellement connu. La version papier est effectivement accompagné d’un CD offert.


BEETHOVEN - Symphony N°9 - I

Concernant Kiki Von Beethoven, il s'agit d'un roman qui a été joué au théâtre. L'intrigue est courte, l'histoire ne fait que quelques pages. On suit quatre amies dans leur reconquête de l'écoute de Beethoven. On suit plus particulièrement l'histoire de Kiki qui étouffe dès qu'elle entend quelques notes de Beethoven. Pour comprendre et réapprendre à aimer l'artiste de son enfance, elle va devoir se plonger dans son passé et l'accepter. 

Kili est seulement la troisième du groupe à redécouvrir la musique du virtuose sourd. Mais si l'on a le droit de savoir comment Zoé et Rachel ont réappris à écouter, j'ai trouvé dommage qu'aucun détail ne soit donné quant au chemin initiatique du 4ème membre delà joyeuse troupe : Claudie.  Pourtant cela aurait été intéressant car Rachel est décrite comme une personne assez fausse car sur-botoxée et bronzée toute l’année. J’aurais apprécié de voir l’évolution de personnalité de ce personnage.

A la lecture de Kiki Van Beethoven, Quand je pense... devient une sorte de longue préface explicative. Car les personnages sont bien différents de l'auteur mais l'on sait, grâce au texte précédent, que c'est son histoire. En effet, je pense que je n'aurais pas vu delà même façon Kiki si je n'avais su qu'il s'agissait d'une transposition du ressenti et du vécu de schmitt. 

Ce roman a été adapté au théâtre en 2010 et je trouve que l'adaptation est une très bonne idée car tout comme je parlais de roman enrichi pour la première partie, je pense que le théâtre permet d'allier les différents arts et d'écouter les œuvres de Beethoven quand on en parle sur scène. D'autant qu'ici, le hip hop vient se mêler à l'histoire !