Quand l'Europe s'éveillera, de Laurent Cohen-Tanugi

Clément Solym - 25.03.2011

Livre - europe - politique - acquis


Auteur de nombreux ouvrages sur la question européenne L'Europe en Danger (1992) ou Le choix de l'Europe (1995) Laurent Cohen-Tanugi s'intéresse une nouvelle fois au Vieux Continent en révélant méthodiquement ses failles et ses occasions manquées à un moment critique de son histoire.

Crise financière mondiale de 2008, crise de la zone euro en 2010, désintérêt voire désaffection récurrente des Européens envers l'Union Européenne (UE) et ses institutions : cela fait beaucoup pour un seule entité qui doit survivre avec l'influence croissante de nouvelles superpuissances.

François Mitterrand avait affirmé à la veille du référendum sur Maastricht en 1992 : « la France est notre patrie, l'Europe, notre avenir ». L'idée défendue par Laurent Cohen-Tanugi d'un XXIe siècle européen, espéré par beaucoup, n’aura, selon l’auteur lui-même, pas lieu. Ce siècle sera asiatique, ou plutôt chinois, contre-balancé par des États-Unis en relatif déclin, mais toujours omniprésents, et il verra l'essor de moindres puissances comme le Brésil ou l'Inde... mais l'Europe dans tout ça, où en est-elle ?

Avocat et ancien directeur en 2008 de la mission interministérielle « l'Europe dans la mondialisation », Laurent Cohen-Tanugi n'épargne pas les institutions de l'UE qu'il désigne comme responsables majeures des grands fiascos européens : inachèvement de l'Union Economique et Monétaire (UEM), manque de coordination entre les états membres qui se tournent de plus en plus vers leurs intérêts nationaux, absurdité des consultations populaires nationales sur les questions européennes au détriment de consultations européennes plus cohérentes et plus justes pour tous les états membres.

Retrouver ce livre, neuf ou d'occasion
Pour l’auteur qui y consacre un premier chapitre substantiel, la gestion des crises, qui ont secoué depuis 2008 une Union européenne déjà enlisée dans une quasi-paralysie, est indispensable. Paradoxalement, il démontre que la crise financière mondiale suivie par la crise de la zone euro qui éclate début 2010 a poussé l'Europe à déployer « la réactivité et le leadership » nécessaires au sauvetage des grandes banques et à la restauration d'une certaine stabilité financière des États touchés.

Une solidarité, relative, uniquement lorsqu'il s'agit d'argent, serait-ce donc ça l'esprit européen de notre siècle ? On comprendrait alors que les États membres fassent des concessions sur les questions sociales et financières. Mais jusqu’à quel point ? Le recours à des mandataires politiques nationaux pour résoudre les affaires européennes montre surtout, en réalité, que les manoeuvres chauvines ne sont jamais très loin.

Loin d'être un essai franco-français, Quand l'Europe s'éveillera a la grande qualité d'être profondément européen, politiquement neutre, et accessible à une vaste majorité de lecteurs, initiés ou non à la question européenne, grâce aux nombreux repères historiques, explication et contextualisation.


Laurent Cohen-Tanugi s'attache ainsi à garder une vision d'ensemble sur sa création et son évolution, là où beaucoup d’experts prennent parti sur les erreurs et occasions manquées de l'UE. Pessimiste, ce livre peut l'être lorsqu'il s'agit de parler de l'avenir plus qu'incertain de l'Europe, davantage victime qu'acteur de la mondialisation. Pourtant, de nombreuses propositions évoquées par l'auteur mériteraient des approfondissements.

Redonner du dynamisme à l'Europe alors que beaucoup ne la voient plus comme un symbole d'enrichissement, de solidarité et de paix, tout en replaçant les thématiques européennes au coeur de chaque politique nationale par le développement d’une véritable politique commune. Autant de sujets épineux qui semblent avoir été soigneusement évités au fil des décennies.

L'ouvrage est érudit, percutant et propose une vision sans clichés ni fioritures sur l'Europe. On regrettera cependant un manque certain de positivisme quant à l'avenir du Vieux Continent qui a pourtant su s'en sortir après un XXe siècle désastreux. Espérons, tout comme l'auteur, qu'un sincère sentiment européen émerge afin que les citoyens du Vieux-Continent sortent de leur torpeur, pour de bon.