Quatre dames : quand les femmes rebattent les cartes

Laurence Biava - 19.08.2020

Livre - Quatre Dames - Mireille Clapot - Thot


ROMAN FRANCOPHONE - Le second roman de Mireille Clapot est un livre exceptionnel. A la fois roman choral, engagé, aux innombrables vertus pédagogiques, fable féministe qui milite on ne peut plus clairement en faveur des Droits des femmes, roman d’apprentissage et d’aventures, il est aussi un livre d’une grande richesse, d’une grande densité et son scénario est ajusté, taillé au biseau, parfaitement huilé et maîtrisé.
 



L’action se situe à Bamako, au Mali, et en sa toute fin, au Burkina Faso.  Le roman raconte l’histoire croisée de Marie, de Maria, de Mariam et de Marina, qui, liées entre elles par un puissant secret, finiront par toutes se rencontrer après avoir quitté la France. Chacune d’entre elles est en Afrique pour multiples affaires qui signent leurs engagements – plutôt -politiques.
 
Il y a Marie, une élue française représentant la Communauté d’agglomération d’une ville provinciale qui coopère avec la ville d’Ahamada ; elle est là pour un Congrès. Elle croise le chemin de Maria, médecin d’origine roumaine, spécialiste renommée de l’endométriose. Celle-ci fait des piges pour Médecins sans Frontières, et intervient lors d’un colloque sur le thème « Femmes et santé au Sahel ». Elle se rend ensuite en pays Dogon, à Bandiagara, pour pratiquer illégalement des avortements au dispensaire Bandia-Veil… « Promouvoir la contraception dans ce pays relevait du militantisme » dit-elle…Le ton est donné.
 
C’est dans ce contexte qu’elle rencontre Mariam, l’une de ses patientes, à qui elle va s’attacher, et chercher à arracher par tous les moyens du joug patriarcal et de l’enfermement qui concerne hélas la jeunesse féminine dans ce pays rétif à comprendre et à assimiler les Droits des femmes. D’ailleurs, une menace pèse aussi sur Maria, prise en grippe par un jeune islamiste un peu trop zélé. Etrange en effet cet Abderahmane, qui, lui, « ne se résigne pas à ce que, sous couvert de santé, et de Droits de la Femme, on intervienne sur leurs capacités à enfanter par des moyens de contraception, ou pire encore, par des avortements. » 
 
Enfin, il y a Marina, que Marie rencontre dans son avion, également ici pour affaires. Toutes les quatre devront fuir le pays, aidées par Mehdi, amateur d’amours tarifées mais protecteur efficace.  De Mopti, leur route les conduira donc au Burkina Faso d’où elles tenteront de rejoindre Paris, pour peut-être percer le mystère de leur rencontre et réaliser que c’est un fil d’Ariane qui les a reliées entre elles. Pourquoi détiennent-elles chacune une dame, de cœur, de carreau, de pique et de trèfle ? Et qui est cette Mary-Sybille, cette féministe intrigante qui marqua son temps en 1968 ?


Ce road-movie, palpitant, aux multiples rebondissements, est salutaire. Par les temps qui courent, il fait du bien. Nul doute que Gisèle Halimi l’aurait aimé et salué. L’histoire est si bien troussée qu’elle rend à la fois hommage à Simone Veil, Clara Rojas, Ingrid Betancourt, milite et s’engage sans cesse en faveur des Droits des femmes et est donc à ce seul titre, exemplaire.
 
Le livre dit aussi tout le reste : l’actualité internationale, les puissances française et européenne jamais passées sous silence, le pouvoir des ONG, les actions militaires de la France à l’international, la ruine des discours anti-IVG et naturellement, la force misérable des propos sexistes, la peur du terrorisme islamiste qui fait dire à l’une de ses héroïnes :  « Elle savait que des bandes de mercenaires soumis à Al-Quaïda écumaient ces contrées. Elle imaginait que ces jeunes en rupture de ban du système éducatif et de leur entourage familial pouvaient partir dans toutes les dérives ». Tout y est, vraiment, dans ce livre consistant aux fondations solides.

Après De l‘ïle Diomède, j’édifierai ce pont, qui était un premier roman déjà époustouflant par sa richesse et son érudition, Mireille Clapot confirme un talent narratif hors-pair. Elle raconte avec passion les parcours engagés de quatre femmes qui témoignent de la difficulté d’être, et d’exister dans des milieux français et étrangers dominés par des hommes, qui les empêchent en partie de s’affranchir.
 
La peinture psychologique réservée à tous ces personnages dépeints est attachante et fine. Comme dans le premier récit, j’ai beaucoup aimé les références littéraires qui jalonnent le texte et le retour permanent vers Ismaël Kadaré, « qui aime beaucoup les femmes, et est fasciné par leur âme ». C’est dire combien ce roman, en plus d’être passionnant, est juste. Il loue nombre de personnalités et de sensibilités toutes masculines.

Bravo une nouvelle fois pour ce si beau bijou littéraire.




Mireille Clapot - Quatre Dames - 9782849215357 – Editions Thot – 19 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Thot
Genre : littérature
Total pages : 270
Traducteur :
ISBN : 9782849215357

Quatre dames

de Mireille Clapot

Mali. Bamako.Marie, une élue française venue en Afrique pour un congrès, croise le chemin de Maria, une médecin d'origine roumaine. Cette dernière se rend en pays Dogon, à Bandiagara, pour pratiquer illégalement des avortements. C'est dans ce contexte qu'elle rencontre Mariam, l'une de ses patientes, à qui elle va s'attacher. Marina, elle, est ici pour affaires. Par hasard, elle découvre qu'une menace pèse sur Maria, prise en grippe par un jeune islamiste un peu trop zélé.Toutes les quatre devront fuir le pays, aidées par Mehdi, amateur d'amours tarifées mais protecteur efficace. De Mopti, leur route les conduira au Burkina Faso d'où elles tenteront de rejoindre Paris pour, peut-être, percer le mystère de leur rencontre. Pourquoi détiennent-elles chacune une dame, de coeur, de carreau, de pique et de trèfle ?

J'achète ce livre grand format à 19.00 €