Récits de notre quartier : 78 séquences égyptiennes

Mimiche - 12.12.2014

Livre - Naguib Mahfouz - Egypte - Le Caire


Sur la quatrième de couverture, l'éditeur présente ce livre comme un roman. A la fin de ma lecture, cela m'est apparu étrange et ne me semble pas peindre la réalité des textes qu'il contient.

 

J'aurais plutôt tendance à y voir une juxtaposition, sans véritable chronologie, presque entièrement autonomes, de nouvelles qui, certes, ont pour trait d'union, pour fil d'Ariane, une rue du Caire mais qui, du fait du style narratif utilisé par Naguib MAHFOUZ pourraient même être parfois apparentées à des chroniques, des reportages quasi journalistiques du quotidien.

 

Dans cette rue, au début du XXème siècle d'une Egypte encore en proie à la domination britannique, ce quotidien est transcendé par les hommes et les femmes qui vivent là.

 

Ici, un adolescent découvre ces émotions que font naître de belles jeunes filles qui croisent son chemin.

 

Là, une vieille femme se lamente de la disparition de sa fille.

 

Ailleurs, un homme court le monde pour accumuler des richesses que, des années plus tard, il vendra mettre aux pieds de celle qui l'a patiemment attendu.

 

Ailleurs encore, des garçons de mauvaise vie agressent la tranquillité des gens de la rue.

 

Plus loin, s'entendent les bruits et l'agitation des mouvements qui annoncent l'inéluctable remise en cause de la domination étrangère, …

 

Au travers de soixante-dix-huit petits textes de quelques pages à peine, l'auteur nous peint un microcosme où se cachent les secrets, où se taisent les ressentiments, où la vie n'en fait qu'à sa tête, où les habitants tentent de leur mieux de s'en accommoder, où les évènements restent encore à taille humaine, subis, provoqués, accomplis par des hommes et des femmes de chair, de sang et de sentiments.

 

C'est une fresque magnifique qui est ainsi offerte au fil des pages avec, au bout du compte, un ressenti personnel profond : si, en un siècle, tout a tellement changé, en cent ans, tout a si peu changé.

 

Que ce soit l'oppression de la femme par l'homme, de l'homme par l'homme ou de la nature par l'homme, les schémas sont restés les mêmes ! Cette dernière, d'ailleurs, continuant toujours à se venger, au grand mérite des visionnaires qui, jamais écoutés, sont traités de mythomanes et rejetés pour vouloir prédire un avenir pourtant jugé par tous impossible.

 

Une sorte d'universalité intemporelle s'exprime dans ces tranches de vie où le réel frise l'imaginaire et où le mystérieux s'insinue dans les actes de tous les jours.

 

La simplicité désarmante de l'écriture de Naguib MAHFOUZ donne à la lecture de cet ouvrage un renouvellement constant du plaisir de le suivre dans sa rue, dans son quartier.