medias

Rien n'est noir : la vie claire-obscure de Frida Kahlo

Auteur invité - 16.12.2019

Livre - Claire Berest Frida Kahlo - Rien n'est noir Stock - rentree litteraire 2019


ROMAN FRANCOPHONE - Après Gabriële, roman nous plongeant dans le microcosme artistique parisien et la vie trépidante de Gabriële Buffet-Picabia, c'est au tour de Frida Kahlo de renaître sous la plume de Claire Berest.


 
« Rien n'est noir », Claire Berest part de ce postulat pour dépeindre la vie haute en couleurs d'une femme dont l'existence a pourtant été une suite de souffrances.
Deux accidents majeurs ont marqué la vie de Frida Kahlo : le premier est une barre de métal transperçant sa colonne vertébrale et sa cavité pelvienne lorsque l'autobus dans lequel elle se trouvait percute un tramway, le second est sa rencontre avec le peintre mexicain le plus connu de son époque : Diego Rivera.
 
À dix-neuf ans, Frida Kahlo est donc une survivante au corps ravagé, et commence à peindre alors qu'elle est alitée. C'est alors qu'avec pour ciel de lit un grand miroir installé par son père, elle exécute le premier de sa longue série d'autoportraits.
 
Une recherche constante de l'identité comme obsession : « ce visage qui n'est plus celui de Frida Kahlo, mais le visage de l'autre au sens pur, l'irréductible altérité, l'autre comme miroir mais aussi comme face à face fondamental, qui exige d'être considéré, d'être regardé, qui commande la compassion, qui impose littéralement de souffrir avec lui. » Ce seront au total cinquante-cinq autoportraits qui jalonneront sa vie, lors de sa quête perpétuelle de sens.
 
L'auteure nous livre avec poésie et passion le parcours extraordinaire de cette peintre qui n'a laissé aucune des personnes qu'elle a croisée indifférente. De Coyoacán, sa ville natale, à Mexico, San Francisco, Détroit et Paris, Frida rencontre les plus grandes personnalités de son époque, entre fêtes déjantées, soirées mondaines, expositions et dîners politiques.
 
C'est sur fond de communisme, de rencontres artistiques et politiques et bien sûr de sa relation tumultueuse avec Diego que nous est dépeinte « Frida insatiable et boute-le-feu », « Frida jambe-de-bois », « Fridita », « Frida l'impardonnable caprice », « Frida l'alter ».
 

Claire Berest attribue à chaque chapitre de sa vie une teinte picturale : bleu de cobalt, bleu d'acier, bleu roi, bleu outremer, bleu ciel, bleu égyptien, bleu ardoise, bleu safre, preuve de la sensibilité artistique dont a toujours fait preuve la jeune femme qui ne s'imaginait pas un instant peintre...
 
Rien n'est noir est le récit d'introspection d'une artiste-peintre qui est devenue un véritable symbole du Mexique et, plus encore qu'une histoire d'amour passionnelle ou une biographie, c'est un véritable hommage à la femme à la vie extraordinaire dont a découlé le mythe de Frida Kalo.
 
Estelle Eid
 
Claire Berest – Rien n’est noir – Stock - 9782234086180 - 19.50 €


Commentaires
"Rien n'est NOIR"...ce titre m'évoque irrésistiblement Soulages , 100 ans le 24/12, présent dans tous les médias, actuellement, et au Louvre...

Lui dont Nicolas de Staël avait dit, dans sa correspondance avec un marchand d'Art, en novembre 1950 :"Soulages, c'est de la m.... intégrale et sans discussion".
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Stock
Genre : littérature
Total pages : 282
Traducteur :
ISBN : 9782234086180

Rien n'est noir

de Claire Berest

« À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.»

J'achète ce livre grand format à 19.50 €

J'achète ce livre numérique à 13.99 €