Roberto Saviano : mortels ou salvateurs, bons baisers de Naples

Nicolas Gary - 04.04.2019

Livre - Robert Saviano - baiser féroce - Naples paranza criminels


ROMAN ÉTRANGER – On aurait aisément compris qu’après avoir ruiné sa propre existence en dénonçant les exactions de la mafia napolitaine, Roberto Saviano, fatigué, puisse choisir de se taire. Après tout, le roman Gomorra ne lui aura rapporté d’une protection policière rapprochée, sans aucun effet sur la société italienne. Pourtant, il continue. Tant qu’il est debout. 


 

Avec son précédent ouvrage, Piranhas (trad. Vincent Raynaud) Saviano poursuivait sur l’examen méthodique de la criminalité organisée à Naples. Cette fois, il avait opté pour un nouveau prisme : celui des jeunes, presqu’encore des enfants — des baby-gangsters — une nouvelle génération de meurtriers, fascinés par le pouvoir et l’argent. 

Loin, tellement loin des règles instituées par les traditionnelles familles mafieuses, Nicolas Fiorillo et sa paranza, son escadron, avaient pris modèles sur les parrains charismatiques et puissants de la Camorra. Ainsi, Piranhas établissait le règne du fort sur le faible, à l’image de tout un pan de la société napolitaine.
 

Ciao, un bacio


Baiser féroce entre donc dans la continuité de ces forces : Nicolas et sa troupe ont pris le pouvoir. Mais depuis leur quartier général, à Forcella, ils mesurent que l’exercice du pouvoir diffère de leur vision. Il faut savoir mener des alliances avec les anciennes familles. Le baiser, sur les lèvres, pour sceller les accords et lier les âmes de celui qui donne et de qui reçoit.

Dans un territoire d’assassins et d’assassinés, ces enfants nés dans la cruauté n’ont qu’elle pour perspective. Nicolas Fiolrillo, baptisé o' Maraja, est contraint de traiter avec la paranza Capellini : l’union fera la force. Mais chacun, au sein de ces gangs, entretient ses propres raisons de vivre — avec la vengeance en dénominateur commun.

Quand on a été privé de l’insouciance qui est l’apanage des enfants, on prend le monde réel à bras le corps. 

Trahisons, représailles, négociations sont les maîtres mots de la vie locale. À faire froid dans le dos : c’est un affrontement, une guerre qui ne connaît que brutalités, meurtres et tortures, seules armes à disposition. Seul langage compris. Il faut s’étendre, gagner de nouveaux territoires, pour régner sur le cœur de Naples. 

Dans la plus pure tradition journalistique qu’il avait initiée, c’est en s’inspirant d’Emanuele Sibilio, tué à 19 ans en 2015, que Saviano a monté son diptyque. Et si le récit coule, aucune place n’est laissée à l’interprétation : la violence des rues se manifeste en tous lieux.

Les baisers peuvent imposer le silence, entériner les promesses, condamner à mort ou sauver une vie, explique Saviano. 

C’est pour l’amertume qu’il laisse en bouche, comme une grappa ancienne, qu’on ne quitte pas le livre. Et qui, chaque instant, fait place au sang — terrible goût de fer dont chaque baiser donné ou reçu marque l’existence. 
 
Le liquide de la vie coule à toutes pages, dans un monde où l’État n’est qu’une ombre fantoche : la ville, comme un clair-obscur, oscille entre la légendaire beauté napolitaine et la barbarie. On regarde un homme droit dans les yeux, et quand bien même l’on n’aurait que 17 ans, c’est avec beaucoup de sérieux qu’on lui tire une balle dans la tête.

Mais c’est bien là toute le talent de l’écriture de Saviano : parvenir à appréhender un système, dans ses volets les plus sombres — féroces évidemment —, et la maladie qui le ronge. Et pourtant, provoquer l’indignation et la colère, la révolte. Ces enfants, coutumiers de la mort, à force de la côtoyer, la respirer, sont voués à se brûler les ailes avant même que de trouver la flamme pour vivre.
 


Roberto Savianoa, trad. Vincent Raynaud – Baiser féroce – Gallimard – 9782072765827 – 22 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre :
Total pages : 400
Traducteur : vincent raynaud
ISBN : 9782072765827

Baiser féroce

de Roberto Saviano

Après les évènements tragiques qui clôturent Piranhas, Nicolas, dit Maharaja, a juré de se venger. Il ne reculera devant rien pour conquérir Naples, enterrer les vieux parrains et être couronné roi.

J'achète ce livre grand format à 22 €